Qui vois-je ?

régime perte de poids silhouette prise de poids sylvie thaon coaching consultation thérapeute gts concept frejus saint raphael var alpes maritime nice skypeUne partie de mon accompagnement en consultation pour une prise, une perte ou de la gestion de poids se situe autour de votre silhouette.

Un des exercices consiste à vérifier si votre silhouette actuelle était bien synchro avec la représentation actuelle que vous avez de vous dans votre cerveau.

Primordial.

Cet exercice est presque devenu un incontournable. Je m’explique.

Lorsque je faisais 130kg et que j’avais banni tous les miroirs de la maison, lorsque je croisais mon reflet dans une vitrine je ne reconnaissais pas la personne que je voyais. Dans mon cerveau Sylvie faisait un joli 40/42. Aucun régime ne marchait sur moi. Je perdais quelques kilos mais jamais plus.
– Et ?
– Et bien normal. Pour mon cerveau je n’avais pas besoin de mincir, je l’étais déjà. Vous savez quand j’ai commencé à mincir sans effort ?
Un dimanche. J’avais passé le samedi à trier mes vêtements, je venais de décider de donner les vêtements que je gardais « pour le jour où » et je n’ai cessé de me dire ce jour là : « donnes les, stop, maintenant tu fais 130kg et ça ne changera plus, accepte le et vas donc faire du shopping lundi pour faire au mieux avec ce corps là ». J’avais enfin mis dans mon cerveau la silhouette actuelle. J’avais fait ma mise à jour.

Autre exemple : une cliente viens me voir, elle a perdu 30 kg mais commence à les reprendre. Au fil de la séance elle me dit « je me vois toujours grosse de toute façon ». Du coup passage devant le miroir.
Elle ne reconnait pas le reflet de la jeune femme du miroir. En visualisation elle se voit, elle, avec 30 kg de plus. Que fait le cerveau d’une telle info ? Il l’a fait regrossir pour qu’elle redevienne conforme au programme qu’il a.

Evidemment c’est la même chose pour les personnes ayant besoin de prendre du poids. Mademoiselle Y a dans son cerveau l’image d’elle grosse alors qu’elle met un ptit 36. Elle pourra faire tout ce qu’elle veut, tant qu’elle n’a pas modifié la représentation mentale qu’elle a d’elle, elle ne réussira pas prendre et à stabiliser ce poids, voir elle n’aura de cesse de perdre encore et toujours au péril de sa vie. Son cerveau ayant l’info qu’elle est en surpoids il lui fait perdre du poids.

Dans tous les cas il y a des mise à jour à faire.
Pour que le cerveau ait le bon programme.

Comment on fait cela ?

Vous pouvez déjà faire un premier exercice seul(e). Vous vous mettez devant le miroir et vous visualisez sur le côté du miroir la représentation que vous avez de vous-même. Et vous comparez avec le reflet, méthodiquement, de la tête jusqu’aux pieds. Si se sont les mêmes ok. Si elles sont différentes vous passez de l’une à l’autre rapidement plusieurs fois jusqu’à ce que les deux soient les mêmes.

Si vous n’y arrivez pas nous pouvons le faire en consultation par téléphone, skype ou en cabinet à Fréjus ou Nice.

 

Je ne sais pas dire non

apprendre a dire non sylvie thaon tsp coaching internet téléphone skype

– Syl, je ne sais pas dire non !
– Je me retrouve toujours dans des histoires alors que je savais bien qu’il fallait pas que je le fasse
– Oui j’suis énervée ! Je fais toujours tout pour tout le monde et y a personne pour moi !

Vous vous reconnaissez là ?

Cette propension que l’on a ne pas savoir dire non… Pourquoi ?

– vous avez peur de ne plus être aimé, voir détesté ?
– vous êtes persuadés que les autres sont les plus importants ?
– vous ne voulez pas blesser ?
– vous préférez accepter que de créer un conflit ?

Dites moi. Qu’est-ce que vous craignez en faisant passer les désirs de l’Autre au premier plan au risque de vous oublier totalement ? à moins que ce ne soit cela que vous cherchiez : vous oublier ?

Non mais oui…
Vous pensez non et vous dites oui…

  • Certains et certaines d’entre vous me disent que c’est pour éviter les conflits.

Mais pourquoi ? Pourquoi « dire non » entraînerait forcément un conflit ?

Je vous entends d’ici marmonner « ouais ben tu connais pas mon patron ! il ne supporte pas que je le contredise ! Et je te parle même pas de ma femme ! Attention si j’ose ne pas être de son avis ! » (personnages interchangeables à souhait :p )

Alors pour vous dire non = contredire la personne = réaction frustrée ou violente ?

Et si finalement cette équation n’était que la résultante d’un programme que votre cerveau à mis en place suite à plusieurs expériences malheureuses d’intensité plus ou moins violente qui a fixé en vous une peur viscérale que ça recommence. Il pense du coup qu’il était plus sûr de s’incliner et de dire oui à tout. Du coup impossible de faire le choix librement de dire oui ou non. La peur verrouille le système. Le cerveau se met en mode vigilance. Sirène hurlante il vous envoie le signal : dis pas non sinon ça va recommencer.

Mais qu’est-ce qui risque de recommencer ?
Faisons comme si….
Là maintenant, tout de suite vous visualisez devant vous une scène de vous avec une autre personne à qui vous venez de dire non. Juste non. Parce que là vous ne pouvez pas lui rendre ce service.
La personne se met à vous hurler dessus ou à l’air terriblement déçue et embêté. Que ressentez vous ?

Quelle est l’émotion que vous ressentez à cet instant ? Celle qui vous prend aux tripes à cet instant là ? Qu’est-ce que votre cerveau cherche à tout prix à éviter ou au combler ?

  • Voici la deuxième vague « je dis oui » parce que :
    – j’aime faire plaisir même si pour ça je dois m’oublier
    – je me sens coupable de ne lui faire du mal
    – je me coupe en 4 pour faire plaisir par peur de ne pas être aimé
    – parce que je ne veux pas que l’on me trouve égoïste

Bon faisons comme si…

Vous avez besoin de quelque chose. Quelque chose d’important pour vous. Vous me demandez de vous rendre ce service.
– accepteriez-vous que je le fasse à mon détriment ?
– si je ne peux pas vous rendre ce service vous aurais-je fais du mal ?
– m’aimerez-vous moins (ou pire me détesterez-vous) si je vous disais non ?
– me trouverez-vous égoïste en cas de refus ?

Dites moi ? Vous accepteriez que moi je fasse cela pour vous au point de m’oublier ? Vous trouveriez légitime que je doute de votre amour, que je pense que vous m’en voudrez, que vous allez me trouver égoïste ?

Dites-moi…

Et si finalement vous ne devez pas apprendre à dire non, vous devez apprendre à vous dire OUI, à vous !

Je m’explique :

Nous avons vu que votre décision de dire oui, alors que vous avez envie au fond de vous, de dire non est dictée par des peurs :
peur du conflit
peur de décevoir
peur de faire de la peine
peur de ne plus être aimé
peur d’être rejeté
peur d’être traité d’égoïste

Vous ne prenez donc pas votre décision librement.
C’est une décision par défaut dictée par vos peurs.

Peurs qui se sont installées en vous suite à des chocs émotionnels, ça a créé un programme, une croyance et ça vous limite dans votre façon d’être. Le souvenir désagréable étant toujours associé à l’émotion négative que ça avait entraîné, votre programme « méfiance » ce met en marche dés qu’une situation similaire se représente. Et plutôt que de risquer de revivre la même chose vous préférez esquiver … et dire Oui.

Alors dans un premier temps il va falloir libérer ces empreintes émotionnelles anciennes qui maintiennent ce souvenir encore vivace.
Et alors, enfin libéré de ces émotions négatives, votre cerveau va pouvoir faire une mise à jour et vous trouverez ainsi la liberté de dire Non… ou Oui !

Plus paralysé par les peurs, vous pourrez prendre du recul, analyser la situation, voir l’énergie que ça vous coûte à dire oui ou non, peser le pour et le contre et répondre alors en toute conscience.

Pourquoi je vous ai dit que finalement ce n’est pas apprendre à dire non mais apprendre à SE dire oui ? Parce que enfin vous allez pouvoir écouter VOS besoins, fixer VOS limites pour prendre VOTRE décision sans crainte puisque vous aurez libéré toutes ces peurs limitantes.

Pour celles et ceux qui pensent ne pas arriver à faire ce chemin seul, nous pouvons le faire en consultation (via téléphone, Skype ou en cabinet). C’est simple et sans douleur :p

Lors d’une consultation de 1h/1h30 on peut en faire du job et libérer une grande partie des programmes ! Vous arrivez avec votre pelote de situations « je n’ai pas su dire non » et on va petit à petit revisiter les émotions qui l’ont empêché pour s’alléger. On va ensuite voir celles ou vous êtes dit « j’aurai mieux fait de dire non » et là aussi nettoyer les programmes qui en ont découlé.
En clair… on fait une mise à jour du système qui vous permettra ensuite de retrouver la liberté de choix ❤

Passez une belle jOurnée enchantée ❤

J’vous kiff et j’vous kiss déjà ❤

Syl Vie

 

Les body-kifs

– T’as vu le cul que tu te paies ?gts concept perte de poids estime de soi mincir silhouette ligne s'aimer bodykifs neuroscience
– Pffff laisse tomber ! Tes cuisses c’est des poteaux
– T’es moche dis donc !
– RooOo la baleine que t’es avec ce maillot !
– T’es un boulet franchement !
– T’es trop conne !

Vous accepteriez que je vous dise cela ?
Vous oseriez dire cela à votre meilleure amie ? A votre maman ? A votre fille ? A une collègue ?

– Surement pas ! C’est bien trop cruel et dévalorisant !

A elle vous lui montrez ses atouts et vous la faite positiver, non ?

Alors pourquoi vous le dites-vous à longueur de journée ?

On se traite bien souvent bien plus mal que l’on traite ses amis.

Alors demandez vous devant votre miroir
« Que dirais je à ma meilleure amie si elle était plantée là, nue, devant le miroir à se dire les pire horreurs ne posant son regard sur ce qui ne lui plait pas chez elle ? « 

Appuyer sur le négatif c’est enfoncer un clou. Ça blesse. Il n’y a aucune bienveillance et positivité dans cette démarche.
En revanche éduquer son regard à voir du positif dans notre silhouette, parfois petit morceau par petit morceau, ça transforme le regard que l’on porte sur soi, ça renforce notre estime.

Je ne vous dis pas de nier ce qui ne vous plait pas. Je vous propose, plutôt que de vous épuiser à détester cette partie, de vous remplir d’énergie en aimant des ptits bouts de ci de là (qui seront de plus en plus nombreux au fil des jours, garantis 😉 ) et du coup de pouvoir rediriger cette énergie positive à la recherche de solutions pour le popotin pas ferme ou les cuisses flasques.

Alors concrètement on fait quoi ?

Chaque matin pendant 21 jours vous dites à votre cerveau de trouver d’ici ce soir 5 endroits et des attitudes qui vous plaisent dans votre silhouette. Si, si ! Obligé : UNIQUEMENT CE QUI VOUS PLAIT ! Habillé, nu, fixe ou en mouvement. Peu importe. Le seul impératif est d’en trouver 5 d’ici le soir.

– Vous ne trouvez pas ? Mettez vous en valeur, sublimez la courbe que vous aimez, le regard qui brille… attirez le regard sur les endroits que vous aimez (ou ne détestez pas :p ) plutôt que de passer votre temps à vouloir camoufler ce qui ne vous plait pas. Vêtements, maquillage, accessoires, on teste 😉

Dans la journée soyez attentive à votre corps, à ce qu’il dégage, à l’effet de vos jambes croisées, à avoir une jolie posture, à la courbe de vos hanches… Testez de nouvelles tenues, regardez les réactions, bref amusez-vous !

En fin de journée vous devrez noter vos 5 body kifs du jour (un creux, une courbe, une mise en valeur….). Et pas un jour sans noter ses kifs ! Souvenez-vous qu’un jour sans kif est un jour où l’on n’a pas été attentive et/ou bien trop négative 😉 Alors on change son regard 😉

Et n’oubliez pas que l’estime de soi touche beaucoup plus de monde que l’on pense, alors parlez en à vos filles, vos copines et également à vos maris, vos frères, votre père, vos fils et vos amis ! 😉 Amusez-vous à le faire en famille 😉

Et n’hésitez pas à venir partager ici vos body kifs, vos difficultés, vos impressions, vos victoires 😉

Pourquoi 5 ? Parce que des chercheurs en neurosciences ont déterminé qu’il faut 5 compliments pour annuler l’effet d’une critique. Et que je mets ma main à couper que vous ne passez une journée sans vous faire au moins une critique… alors 5 compliments en auront au moins désactiver une.

Les premiers jours vous allez trouver cela probablement horrible et infaisable… Persévérez. Et chaque matin donnez à nouveau l’injonction à votre cerveau de trouver ces 5 Body Kifs. Vous serez surprise de la rapidité avec lequel le regard change. Si, Si promis.

Passez une belle jOurnée enchantée ❤

J’vous kiff et j’vous kiss ❤

Syl Vie

P.S : Si malgré tout vous n’y arrivez pas, ça remue trop d’émotions en vous, vous savez que je consulte en cabinet à Fréjus et également par Skype et téléphone.

 

Le poids émotionnel

La nature est bien faite et notre corps est notre meilleur ami.causes émotionnelles du surpoids ou sous poids coaching perte de poids

Combien de message affolés reçus parce que la balance ne vous dit pas ce que vous voulez….

Le cerveau est un malin, il sait très bien que votre poids est un canal de communication que vous avez appris à écouter.

Vous êtes épuisé et gavé en ce moment ? Bang 2kg !

Vous avez oublié qu’il est vital de boire ? Bang 1kg ! .

Vous vous faites du soucis avec l’impression d’avoir pris une charge en plus ? Bang 500g !

Vous portez la famille à bout de bras ? Bang 3kg !

Pourquoi ? Parce qu’il a bien compris que là il a une chance que vous l’écoutiez ! Il espère que vous vous posiez enfin les bonnes questions et que vous modifiez vos comportements pour ne plus l’épuiser en portant les valises de tout le monde, en ne lui donnant pas l’eau dont il a besoin….

Remerciez le d’être clair avec vous et si vous voulez vraiment qu’il change de canal de communication apprenez alors à écouter et accueillir vos émotions ça lui évitera d’aller vous coller des kg en trop pour qu’enfin vous l’écoutiez.

– Syl !!! Facile à dire ton histoire de valises d’hier ! Pas facile à faire !

– Pourquoi, à l’aéroport tu prends les valises de tous les passagers ?

– Ben non je ne les connais pas.

– Ok, quand tu reviens de voyage avec toute la famille tu prends toutes les valises sur ton dos ?

– Ben non

– Chacun prend la sienne et si la valise est trop lourde on la met sur un chariot ?

– Oui

– Et c’est dur à faire ?

– Ben non

– Alors qu’est-ce qui est différent dans la vie ? Pourquoi prendre la valise de ton fils ? De ton ami ?

– Ben pour que ça lui soit moins lourd à porter, le pauvre…

– Et toi ? Pas le pauvre ou la pauvre ? Pourquoi ne lui montres-tu pas le chariot pour qu’il puisse ensuite trouver ses solutions seuls ?

Faire « à la place de » n’est pas aider la personne, c’est même tout le contraire.

Faire « à la place de » c’est la priver de son autonomie, de son estime et de sa confiance.

Faire « à la place de » c’est minimiser son inconfort, ses émotions désagréables qui l’aurait pourtant poussé à trouver une autre solution, une autre façon de faire.

Faire « à la place de » c’est le maintenir dans une relation de dépendance ponctué de « rooo que ferais tu sans moi ?! » se voulant affectueux et ne confortant au final que notre propre besoin de se sentir indispensable.

Et si finalement tout cela nourrissait juste votre peur de plus être aimé ? Si finalement vous faisiez tout pour être indispensable, pour être inoubliable, pour être « inabandonnable » ?

A méditer 😉

Allez chiche aime toi !

– Quand allez-vous enfin vous aimer ?sylvie thaon coaching je ne m'aime pas estime de soi
– Quand j’aurai perdu mes foutus kilos !
– Moi quand j’aurai enfin réussi à arrêter de fumer
– Ben pour moi le jour où enfin je saurai dire non et arrêter de me faire bouffer par les autres
– Euhhh alors là c’est pas gagné !
– Jocker pour moi !
– M’aimer moi ? Pour ça faudrait déjà que les autres m’aiment !
Et bien quelle détermination dans vos réponses ! C’est déjà bon signe : vous avez de la détermination. Bon ok je vous l’accorde cette détermination vous sert à vous dénigrer, détester, culpabiliser, diminuer… ^^ Mais l’important c’est qu’elle existe cette détermination déjà 😉 Partons donc de là.
 
Donc vous êtes déterminé. Je dirais même déterminé et constant parce que pas un jour sans que vous pensiez ou disiez du mal de vous. Je me trompe ? :p
 
Vous savez donc tenir sur la longueur. Point positif. Félicitation.
 
Alors aujourd’hui nous allons prendre cette détermination sans faille parce qu’elle est précieuse et nous en servir autrement.
– M’en servir autrement ? Impossible ! Elle me sert à me dénigrer !
 
– Et si ! C’est possible ! Imaginez un gros couteau. Vous pouvez tuer et dépecer avec. Wahou c’est violent et ça fait mal. Mais vous pouvez aussi vous en servir pour émincer, hacher et faire des mets succulents. Pour vous c’est pareil. Vous avez un outil puissant entre vos mains, capable soit de vous tuer à petit feu soit de vous porter plus haut. A vous de choisir ❤
 
– Je n’y arriverai jamais ! Je n’ai pas la force !
 
– Ah bon ? Pourtant de te critiquer et te détester à longueur de journée ça demande de l’énergie ! Là aussi choisis comment te servir de ton énergie : à pointer le négatif et à ne le rendre que plus négatif et douloureux ou à pointer le positif, aussi minime soit-il et à œuvrer à en créer encore plus ?
 
– Et je fais ça comment ?
 
– Par exemple plutôt que d’user de l’énergie à détester ton corps, garde ton énergie à trouver et choyer les parties de toi que tu aimes et le reste de l’énergie à travailler à la transformation en douceur de ce qui te déplaît.
 
– Et ben j’suis pas rendu !
 
– En douceur. Petit à petit. Un pas après l’autre. C’est comme cela qu’on avance.
Pas en prenant les armes et en partant au combat.
 
– Pourtant on dit qu’il faut se battre dans la vie !
 
Se battre prend une énergie folle ! Or c’est de cette énergie dont tu as besoin pour ton changement. Se battre c’est détourner le canal de l’énergie et le mettre à fond perdu.
Fais plutôt la paix. La paix avec toi même ici et maintenant. Tu es celui (ou celle) qu’il fallait que tu sois jusqu’alors. Point. Maintenant réfléchis à celui que tu veux devenir. Toi. Libéré des attentes des autres, de ce que toi tu penses que les autres attendent de toi. Qui veux tu devenir ? Poses toi et visualises la nouvelle version de toi. Tu l’as ?
 
– Ah ça oui !
 
– Alors visualises maintenant un chemin devant tes pieds, de toi ici et maintenant, tel que tu es et qui t’amène jusqu’à cette nouvelle version de toi. Inspire profondément cette joie à l’idée d’aller vers cette nouvelle version de toi. La joie de partir faire un beau voyage. Dés aujourd’hui. La joie est là présente. L’excitation. Tu sais bien que le chemin jusqu’aux vacances sera peut être long, qu’il y aura peut être des embûches, mais tu sais vers où tu vas, pourquoi tu y vas et rien que cela te remplit de joie ❤
 
Inspire profondément toute cette joie, ce bonheur d’y aller. Installe les au plus profond de toi tout à côté de ta détermination et ta constance. Tu as en toi les ressources pour allez loin, pour y arriver. Et l’aventure commence aujourd’hui. Là. Ici et maintenant.
Dans les moments de doute reconnectes toi à cette vision de la nouvelle version de toi, du chemin pour y aller, de ta détermination et ta constance, de la joie et de l’excitation que ça réveille en toi… Et relèves toi, apprends de ta chute, souris et avance ❤ Tu y vas. Savoures le chemin et ses embûches qui te font grandir, qui t’enseignent. Aimes toi dés aujourd’hui. Parce qu’aujourd’hui tu as posé le premier pas sur ton chemin, celui de ta transformation ❤ Certes tu n’es pas parfait. Je te l’accorde. Je vais te faire une confidence.. Personne n’est parfait. Ton mari, tes enfants, tes amis ne sont pas parfaits non ? Certains avec leur caractère, d’autre leur physique disgracieux, et celui ci avec ses kilos en trop et elle là avec son côté radin ?  Pourtant  tu les aimes non ? Comme ils sont. Avec leurs défauts et leurs qualités. Alors pourquoi ne t’aimerais-tu pas ici et maintenant comme tu aimes les autres ? Avec vos imperfections à eux comme à toi ? Pourquoi ne miserais-tu pas sur ta détermination et ta constance à aller vers le mieux, vers la nouvelle version de toi ?
 
 Allez chiche aimes toi ! 

Je me mets à méditer !

Bon ben voilà c’est décidé vous voulez expérimenter la méditation christophe andré méditation sylvie thaonquotidienne.

– Hein toi qui a un cerveau qui ne s’arrête jamais ??!!
– Ben ça tombe bien Christophe André a dit que c’était normal !
– ? et tu fais comment alors ?!
– Ben Mathieu Ricard, tu sais le moine bouddhiste français, il a dit qu’il ne fallait pas « arrêter ses pensées » mais les accueillir, du coup je pense que je peux y arriver 😉 Si vous voulez l’écouter c’est ici

– Et ben…. j’en reste coi !
– Ben profites en pour méditer toi aussi ! :p

Pourquoi se mettre à la méditation ? Les neurosciences ont prouvé « que huit semaines de méditation sur la pleine conscience (de type MBSR), à raison de trente minutes par jour, s’accompagnent d’un renforcement notable du système immunitaire et des facultés d’attention, ainsi que d’une diminution de la tension artérielle chez les sujets souffrant d’hypertension et d’une accélération de la guérison du psoriasis.

En pratique, il n’est pas nécessaire de méditer pendant de longues durées mais il est indispensable de le faire régulièrement. Si le cerveau est sollicité régulièrement, une trentaine de jours environ suffisent pour voir apparaître une modification des fonctions neuronales. L’étude scientifique de l’influence des états mentaux sur la santé, autrefois considérée comme fantaisiste, est donc de plus en plus à l’ordre du jour.

Sans vouloir faire de sensationnalisme, il importe de souligner à quel point la méditation et « l’entraînement de l’esprit » peuvent changer une vie. Nous avons tendance à sous-estimer le pouvoir de transformation de notre esprit et les répercussions que cette « révolution intérieure », douce et profonde, peut avoir sur la qualité de notre vécu. » Source ici

Pour ma part mon choix de méthode s’est  porté naturellement vers Christophe André dont j’aime beaucoup ces travaux et maintenant sa voix !
Son livre « Méditer jour après jour » est accompagné d’un cd de méditation guidée.

Voici un lien pour commencer des méditations guidées par Christophe André si ça vous tente Ici

 Voici les différents exercices :

5:05 – Suivre sa respiration
18:00 – Prendre conscience du corps
32:44 – Accueillir les sons
45:00 – Se détacher de ses pensées
58:00 – S’ouvrir à l’expérience de l’instant présent
1:14:24 – Le corps douloureux
1:29:10 – Les émotions douloureuses
1:44:40 – Pleine conscience de la douceur et du bonheur
2:01:05 – Méditation d’amour et de liens
2:17:49 – Méditation vers la conscience ouverte

N’oubliez pas que l’important n’est pas de méditer beaucoup mais de méditer régulièrement, quotidiennement, même si ce n’est que 5 minutes au départ ❤

On rentre en apprentissage et rares sont ceux qui, du jour au lendemain, savent tout faire parfaitement 😉

N’hésitez pas à partager votre expérience sur ma page coach Ici ou en commentaire sous ce post ❤

Perdre 40 ans kilos et gagner tant de choses

Sylvie Thaon Avant aprèsFaut que je vous avoue….
 
Hier j’ai posté sur le Groupe Le Secret du Poids mon avant/après
avec une simple phrase : 2 ans (et 40 kg) séparent ces 2 photos 😉 Merci LSDP ❤
 
Et faut que je vous avoue…. J’ai menti 😦
 
QUOI TU AS MENTI ???!!!!
Tu as trafiqué la photo ? Tu t’es faite opérer ? C’est pas toi maintenant ? Tu as inversé les photos ? Mais nooOoon… respiiiirezz :p
 
J’ai menti parce qu’il n’y a pas que 2ans d’écart et 40kg en moins entre ces deux photos.
Vous vous souvenez le jeux des 7 erreurs de quand on était petits, où l’on devait repérer toutes les différences entre deux dessins ? Ben en faites en repensant à avant et maintenant je pourrais y jouer.
 
Avant :
– J’avais perdu confiance en moi
– J’avais arrêté de me peser à 127 kg
– Je pleurais pour un rien
– Pas un jour sans que je me traite des pires noms
– Je pensais ne plus jamais remarcher en montagne
– Je n’étais plus heureuse dans mon job
– Je ne faisais plus grand chose avec mes enfants, trop fatiguée
– Je calculais où me garer pour pas trop me fatiguer en marchant
– Je m’étais renfermée
– Je me camouflais dans mes habits, dans mes foulards
– J’étais persuadé que tous les gens ne voyaient en moi qu’une grosse sans volonté
– J’alternais les périodes de grande privation avec des périodes « foutu pour foutu »
– Je me croyais pas capable d’aller au bout d’un projet
– ….. et j’en passe !
 
Après :
– J’ai confiance en moi plus que jamais
– Je pleure toujours mais ça me fait juste du bien :p ou alors je pleure de rire 🙂
– Je sais que je ne suis pas parfaite et je m’aime comme cela, je fais mes bodykifs avec légèreté et réalisme
– Je marche en montagne, me balade, nage et cours parfois !
– J’ai changé de job, je suis devenue coach
– Je rebouge avec mes ados (enfin quand ils sont ok :p )
– J’adore me garer au fond d’un parking et me dire « wahou tranquille ! » :p
– Je suis ouverte et j’ai fait plein de magnifiques rencontres
– Plutôt que de me camoufler je détourne l’attention vers mes points forts :p
– J’ai enfin compris que les gens ne voient pas que moi dans la rue (grosse ou mince d’ailleurs :p ) Et que c’est le regard que nous posons sur nous le plus caustique et méchant au final
– Je mange de tout avec plaisir et gourmandise, je me suis réconciliée avec la nourriture !
– Je vais de projet en projet, je crée et je réalise. Je vais au bout des choses.
– Et j’en passe !
 
Alors Ok cet avant/après c’est le poids des photos mais quand même les plus grands changement sont ailleurs : dans le choc des mots :p
 
Et si je me sens légère c’est effectivement grâce à ces 40 kg en moins mais aussi à tous ces changements qui se sont produit et par pas magie. Ils sont là parce que je l’ai voulu, parce que j’ai eu besoin de ces changements, parce que du coup j’ai trouvais sur mon chemin des personnes ressources pour m’accompagner dans mon développement personnel et professionnel.
 
Votre vie ne vous plait pas ? Votre job ? Vos relations ? Votre poids ? Ça peut changer ! Rien d’impossible ! Vous aussi vous pouvez le faire ❤
Refusez le foutu pour foutu.
Aujourd’hui définissez votre besoin, vos objectifs et faites confiance à votre cerveau pour vous mener à la victoire ❤
En douceur ❤
 
Vous voulez démarrer et ne voyez pas par où commencer ?
Cliquez ici , vous y trouverez quelques pistes ❤
Et sur ma page Facebook vous trouverez aussi plein d’albums photos thématiques pour vous aider dans votre parcours ❤
 
Saisissez votre chance ❤
Parce que vous le valez bien ❤
Parce que vous valez le détour ❤
 
Aujourd’hui est le premier jour de votre nouvelle vie ❤
Yépaaaaa !

Faire son mandala objectif

Vous ressentez le besoin d’avancer, de changer ?
Vous avez l’impression que rien ne va comme vous le voulez ?
Vous n’arrivez pas à aller au bot de vos projets ?

« Pffff carrément Syl ! Les bras m’en tombent et je me laisse gagner par l’immobilisme et la fatalité !  »

Alors il est temps d’agir 😉 Et pour ce faire je vais vous faire découvrir les vertus du mandala et ici du mandala à objectif(s) 😉

Et je vous propose de vivre cette aventure ensemble ❤

Je vous propose donc non pas un exercice à faire, dans la suite logique de ce que nous avons appris à faire ces derniers temps, mais une aventure à vivre, à partager ❤ 
 
– Nous avons d’abord ensemble défini nos besoins
 
– Ensuite nos objectifs
 
– Je vous ai fait découvrir le dessin centré ou mandala
 
Donc maintenant…. roulement de tambour ….
 
Maintenant que vous avez une vision plus claire de vos besoins et de votre objectif nous allons en faire un mandala ! (Pour celles et ceux qui n’ont pas encore définis leurs besoins et objectifs, prenez le temps de lire les 3 articles 😉 )
 
Pour faire ce mandala nous allons partir d’une phrase :
Voilà ce que je souhaite atteindre comme changement, comment je souhaite être, me sentir d’ici à la fin de mon objectif, l’état final désiré.
 
Par exemple :
– Mon besoin : j’ai besoin de me sentir mieux et en meilleure forme physique
– Mon objectif : je veux être heureuses et perdre X kilos (ou je veux perdre mes bourrelets de ventre…) d’ici à la fin de l’année.
– Le thème de mon mandala : comment je veux être d’ici à la fin de l’année. Comment je souhaite être mentalement et physiquement d’ici la fin de l’année ou bien C’est quoi pour moi le bonheur et une bonne forme physique…
 
Autre exemple :
– Mon besoin : j’ai besoin de temps pour pouvoir réfléchir à ma relation avec mon job et si j’en change
– Mon objectif : je veux dégager du temps pour en consacrer à mon bilan de compétence et à ma réflexion sur ce que je veux comme job pour pouvoir prendre une décision d’ici à 6 mois
– Le thème de mon mandala : moi et le temps, comment j’aimerai que soit ma relation au temps ou moi et mon job, comment je me vois dans 6 mois…
 
A vous de définir VOS besoins, VOS objectifs et VOTRE thème de mandala. Si vous rencontrez des difficultés pour les définir n’hésitez pas à poser des questions ici ou en message privé 😉
 
Une fois cela fait place à la créativité 😉
 
Vous prenez d’abord une feuille minimum une feuille A4 et vous dessinez un cercle le plus grand possible avec le centre bien visible comme sur l’exemple 😉
 
Ensuite on va laisser aller votre spontanéité 🙂 Vous allez pouvoir soit dessiner, soit découper des photos, des images de catalogue ou sur internet, des citations inspirantes… jouer avec des textures différentes, en 2D ou 3D, des papiers des couleurs…. Vous pouvez décider de le faire en une seule fois ou bien de vous laisser quelques jours pour chercher, fouiller, fouiner des images, des citations, des couleurs, des textures qui vous inspirent.
 
Une fois collecté tout cela vous reprenez votre cercle et vous organisez tout cela comme vous voulez, vous triez si vous ne pouvez pas tout mettre, vous redécoupez si besoin, vous déchirez si vous préférez, vous faites ou non un fond, vous vous amusez, vous coloriez, peignez si vous voulez, vous dessiner si ça vous tente… libre, vous êtes libre de faire le mandala qui VOUS correspond. On n’est pas dans la recherche du beau, on est dans la représentation de VOTRE objectif ❤
 
Je vous mets en dessous celui que je viens de réaliser.
Mon besoin : vous faire découvrir la pratique du mandala et ses bienfaits.
Mon objectif : vous faire faire votre mandala objectif, que nous les partagions tous ici et qu’ensuite créer en Février avec tous vos mandala notre grand mandala collectif, pour que nous unissions nos forces toutes et tous dans la réalisation de nos divers objectifs.
Le thème de mon mandala : ce que je souhaite que cet exercice nous apporte ❤
Nulle obligation pour vous de partager avec nous vos besoins, votre objectif et votre thème, ils peuvent rester secret si vous estimer qu’ils sont trop intimes ❤ 
faire son mandala objectif.jpg
Allez à vous de jouer 😉 Amusez-vous ❤ Et n’hésitez pas à partager l’exercice avec les copines et copains, plus on sera, plus nous auront d’énergie pour atteindre nos objectifs et plus nous échangerons ensemble, nous soutiendrons ❤
Et venez ensuite, si vous le souhaitez,  partager votre mandala et vos impressions ici ou sur ma page Facebook  . Fin février je créerai le mandala commun une fois tous les retours de mandalas collectés 🙂

Besoin ou envie ?

12308359_578219779002133_5117196218309412533_n.pngAllez on démarre la semaine par une question :
Avez-vous ENVIE ou BESOIN de perdre du poids, d’arrêter de fumer, de changer de job, d’être plus heureux ?
….
Réfléchissez

Besoin ou envie ?

– Pffff c’est lundi là Syl ! T’es sûr de ta question?
– Oui, oui sûre ! Et quoi de mieux qu’un lundi, jour de reprise (pas de poids :p ) pour ajuster ses paramètres
– Okkkk…. j’réfléchis alors ! Pfff… Ben c’est pareil !

Et bien non ! Ça n’a rien à voir 🙂
Pour qu’un projet puisse aboutir il nous faut passer de l’envie au besoin. Passer de l’idée du projet à sa concrétisation.

Un ptit exercice :
Fermez les yeux…
Inspirez..Expirez…. Prononcez à voix haute « j’ai envie de perdre du poids »… Inspirez….Expirez….

Inspirez..Expirez…. Prononcez à voix haute « j’ai besoin de perdre du poids »….Inspirez….Expirez….

Avez-vous vu la différence ?
Avez-vous senti que ça ne résonnait pas de la même façon ?

Non ? Ok 🙂
Papier, crayon, instant calme… en haut de la feuille vous marquez « j’ai BESOIN de perdre du poids », c’est votre but, votre projet et ensuite vous listez les besoins, par exemple :
– j’ai besoin de me sentir belle
– j’ai besoin de retrouver la santé
– j’ai besoin d’avoir un ventre plat….

A vous de trouver pourquoi vous avez BESOIN d’atteindre votre objectif. Ce sont autant d’informations dont votre cerveau à besoin pour pouvoir vous amener à votre but.

Et ça marche pour tous les projets, petits ou grands : perdre du poids, arrêter de fumer, avoir son bac, faire son repas, acheter quelque chose…
Si j’ai « envie » je reste dans le flou. Si j’ai « besoin » tout de suite mon cerveau se met en mode opérationnel et collecte les infos extérieures ou intérieures pour atteindre le but.

Alors aujourd’hui posez vous la question : envie ou besoin ?

Votre objectif en ligne de mire

12400695_585026288321482_8052778942713634237_nAvez vous remarqué dans une piscine, que nous avons, dans ceux qui font des longueurs, deux catégories de nageurs : ceux qui filent tout droit et ceux qui les esquivent ? Idem sur un trottoir d’ailleurs ! Il y a les piétons qui filent droits et ceux qui font un écart pour les laisser passer.

Et vous savez pourquoi ?

Parce que les uns ont donné à leur cerveau l’ordre d’avancer, ils regardent donc droit devant et les autres ont donné l’ordre à leur cerveau de faire attention et ils regardent donc les obstacles qui arrivent et les évitent.
Je vous invite à essayer dans la vie de tous les jours 😉 Hop sur le trottoir vous vous mettez dans la ligne parfaite de quelqu’un qui vient en face et vous regardez au delà de la personne, votre objectif et donnez l’ordre à votre cerveau de passer. L’exercice sera réussit quand vous verrez la personne faire un écart pour que vous passiez. Véridique !

C’est comme au rugby quand on veut mettre un essai, il faut fixer l’objectif du regard et non le molosse qui se trouve sur le chemin sinon notre cerveau ne va pas franchir l’obstacle.

Je m’égare vous pensez ? Qu’est-ce que ça vient faire là ?

Et bien non ! Combien êtes vous à stresser à l’idée d’un objectif à atteindre ? Vous êtes tellement concentré à voir tous les soucis à éviter, tous les pièges à déjouer que vous n’avez même plus votre objectif en ligne de mire. Alors aujourd’hui nous allons fixer notre objectif  pour être sûr de ne pas dévier de notre ligne !

Notre cerveau ne connait pas les « peut être », les « j’vais essayer », les « oui mais », les « si… » et les « ce s’rait bien que » . Il est binaire . C’est oui ou non. On y va ou on y va pas. On fait ou pas.
Si on veut atteindre un objectif il faut être clair et alors il exécute.
Regarder droit devant en direction de l’objectif. Pas les obstacles supposés. L’objectif. Et alors le cerveau se débrouille pour mettre en place les stratégies qu’il faut pour passer les obstacles quand ils se présentent et atteindre le but pour lequel il a été programmé.

Donc, donc…. soyons clair 🙂
Quel est l’objectif que vous voulez atteindre ? Pour quand ?  En 1 phrase.
A vous de choisir si votre objectif concerne votre poids, votre développement personnel, votre santé, votre job, votre relation avec votre chéri ou les enfants…. et surtout d’être très clair 🙂 N’oubliez pas que vous définissez l’ordre que vous allez donner à votre cerveau 🙂