C’est l’histoire d’un rdv qui tombe à pic

La semaine juste avant Noël, un client que j’avais déjà vu 2 fois, arrive. Disons qu’il s’appelle… Alain ! Nous avions fixé le rdv à la fin du précédent un mois avant. Il entre et s’assoit lourdement sur la chaise. Je le garde et lui dit- Oulala ! Ça a l’air d’être lourd à porter ! Je vous serre un verre d’eau, un thé, un café ?

– Oui il tombe à pic ce rdv ! Un verre d’eau ça ira
Je lui laisse le temps de se poser, de boire son verre, de respirer. Il lève le regard vers moi.

– Ben alors, Que vous arrive-t-il ?

– Vous vous souvenez notre dernière séance où je vous disais que tout allait bien, que c’était reparti : les projets, le boulot, les voyages… et même avec ma femme ?

– Oui, oui je me souviens très bien

– Et bien y avait un truc qui n’allait pas mais pas du tout et je le savais pas

– Expliquez-moi

– J’ai mal au ventre depuis plusieurs semaines, vu que rien n’y faisait mon toubib a fini par m’envoyer faire un bilan « juste pour la forme » qu’il m’a dit.

– Et ?

– Et ben le bilan il est pas bon, loin de l’être même, ils m’ont trouvé un cancer de l’estomac et je me fais opérer le 4.

– Ok. Comment vous sentez-vous depuis l’annonce ?

– Sonné ! J’ai rien vu venir ! En plus ma femme est en panique et me reproche d’être… apathique, c’est comme ça qu’elle a dit !

– C’est-à-dire ?

– Ben elle trouve que je réagis pas, que je montre aucune émotion comme si je m’en foutais.

– Et vous vous en foutez ?

– Ben non mais bon j’sais pas quoi faire !
Je lui parle des 3 réactions primaires face à un surstress intense : la fuite, l’attaque, la sidération. Je lui rappelle que lorsque c’est trop intense émotionnellement nous perdons le plein potentiel de notre cerveau et l’accés au néocortex et donc à l’action, la pensée construite, la projection…. Puis je lui dit :

– Ok partons de vos sensations là maintenant, vous m’avez dit que vous vous sentiez sonné. Ca fait comment dans votre corps d’être sonné ?

– Ça tourne un peu, j’ai les jambes en coton…

– Bon on va partir de là et on remontera le fils des évènements petit à petit

– …

– Donc les jambes en coton… plus la droite ou la gauche ? les deux pareilles ? en haut au niveau des cuisses ? aux mollets ?

– C’est surtout sous les pieds en fait comme si le sol se dérobait
Nous nous sommes occupé de chacune des sensations grâce aux techniques de régulation émotionnelles GTS Concept de façon face qu’il retrouve une neutralité

– Et là qu’est-ce qu’il reste

– Là ? Juste je me sens bien, posé, un peu fatigué mais juste là, posé

– Ok, maintenant je vous propose que nous remontions les évènements. Vous ici vous êtes avec moi, vous êtes bien, juste posé. En face de vous, vous imaginez un écran, sur cet écran vous voyez Alain le jour où il a appris pour son cancer

– Lequel de jour ? Avec mon médecin ou avec l’oncologue ?

– Celui qui vous vient c’est lequel ?

– Avec mon toubib, mais en vrai on n’est pas dans son cabinet, je suis au téléphone avec lui.

– Ok donc décrivez-moi la scène ? Où est Alain ?

– A son travail, devant son ordi, dans ses tableaux de chiffres, il a décroché sans faire gaffe à qui s’était

– Oui

– Du coup il est étonné d’avoir le toubib au téléphone, jamais il ne l’a appelé !

– Qu’entend-il ?

– Sa voix est bizarre, il dit qu’il doit me voir d’urgence et me propose de passer après le travail au cabinet, il reçoit pas le jeudi mais c’est pas grave, parfois ça lui arrive

– Comment se sent Alain ?

– Bizarre, il sent qu’il y a un truc qui cloche, en plus le médecin à vite conclut et raccroché, il a juste eu le temps de dire « ok à tout à l’heure »

– Et maintenant ?

– Il a les bras ballants et le cerveau qui mouline à 3000 à l’heure. Il sort prendre l’air.
Nous traitons toute la scène, les ressentis un à un : le son de la voix du médecin qui entre dans l’oreille gauche (c’est à cette oreille qu’il avait le téléphone), sa main qui se crispe sur le combiné, les bras ballants, le cerveau qui mouline…. Juste qu’à ce qu’il n’y est plus rien… enfin….

– A ben là je suis chez l’oncologue !

– Ok que voyez-vous….
A nous nous retraitons la scène et libérons les intensités émotionnelles. Tout à coup il se tourne vers moi et lance :

– Il m’a menti l’toubib !!! il m’a dit que c’était juste un bilan « pour la forme » ! C’est ce qu’il m’a dit ! Quand on sait pas on promet pas ! Je lui faisais confiance bordel ! Ca c’est comme avec mon père !

– Avec votre père ?

– Ouiiii ! Lui aussi il m’avait dit que tout allait bien, que je devais pas m’en faire, que je pouvais partir en collo et quand j’suis revenu il était plus là ! Il s’était barré ! Faut dire qu’avec ma mère c’était compliqué, elle est dépressive chronique, mais bon bref. Je sentais bien qu’il y avait un truc qui allait pas et lui m’a dit de pas m’en faire, je lui ai fait confiance et il lui ben il s’est barré ! Il m’a laissé tout seul avec ma mère, de ce jour là j’ai plus jamais été un enfant ! Je lui faisais confiance bordel ! Je l’ai plus jamais revu ! J’sais même pas s’il est encore en vie. J’ai pas voulu le chercher, je lui en voulait trop. J’ai ruminé longtemps cette histoire puis un jour j’ai décidé de le rayer de ma vie, je croyais que j’avais réussi… jusqu’à aujourd’hui.
Vous vous doutez bien que nous avions du job entre les empreintes émotionnelles post-traumatiques, ses parts de lui blessées, trahies, abandonnées… que nous avons consolé, rassuré… le deuil de ce père qui n’avait jamais été fait, la colère du petit garçon en son père, envers sa mère… Une fois tout cela fait, nous sommes revenu au présent, au médecin, à l’oncologue, à l’opération si rapide… Je lui demande s’il est inquiet et là il me lance

– Ah non mais en fait j’ai pas peur de tout ça, je sais que ça va bien se passer, je le sens. Je veux juste avoir une chambre individuelle, avec vue sur mer ce serait le top et bien dormir, je crois que j’ai besoin de me reposer.
Nous avons fini par une visualisation et choisit une phrase d’intention pour un yoganidra (relaxation profonde) pour l’accompagner durant cette période. Je l’ai écrit durant le week-end, je l’ai enregistré et lui ai envoyé. 23décembre. C’est les vacances. Je ferme le cabinet.
Le 05 janvier je reçois un texto d’Alain : « Opération bien passée, top le yoganidra et même la vue mer… si on regarde dans le coin ! » Il m’avait joint une photo de la vue.

Délicieuse journée jolis vous

Sylvie

Besoin d’un accompagnement pour vous ou votre enfant ? Je consulte à Fréjus, Bagnols en Forêt et en visio.
06.37.36.51.34
sylviethaon.com

Précision : les cas ici contés sont simplement inspirés de plusieurs personnes, ce n’est jamais l’histoire unique d’une personne, secret professionnel et respect oblige 😁. Les situations, dates, noms, pathologies et lieux ont été modifiés.

#thérapie #thérapiebrève #gtsconcept #coaching #emotion #maladie #operation #yoganidra #développementpersonnel #êtresoi #confianceensoi #oser #renaîtreàsoi #evoluerenconscience #grandirenconscience #bienveillance #changement #thérapiecréative #artthérapie #relaxation #meditation #pleineconscience #secentrer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s