Perdre ou gagner ?

Fermez les yeux, détendez-vous, inspirez… Maintenant dites à haute voix :
« Je veux PERDRE »
Que ressentez vous ?

« Je veux perdre ». Ça vous donne envie d’y aller ? de progresser ? d’avancer ?

Imaginez-vous entrain de parler à votre enfant
« Coucou ma puce ! tu sais il faut que tu grandisses et pour cela c’est simple : tu vas devoir perdre tes doudous, perdre le lien fusionnel avec maman, perdre l’insouciance, perdre du temps de jeux (parce qu’être grand c’est sérieux…) »

On est ok ça fait par rêver non ?

Et pourtant c’est ce que vous vous dites le plus souvent quand vous décidez de vous « mettre au régime ». Ben oui vous avez décidez quoi ?

Allez réfléchissez !

Vous avez décidé :
De perdre [ces p***** de] 5 kilos
De perdre ces [fichus] bourrelets
De perdre cet [immonde] ventre
De perdre cet [affreux] double menton

Focus sur le négatif.
Focus sur ce que l’on perd.
Et donc par définition…. Sur ce que notre cerveau n’aura de cesse de retrouver

sylvie thaon perdre du poids régime gourmandise

Et si vous changiez d’angle de vue ?
D’abord si au lieu de « perdre du poids » vous décidiez de « déposer ce poids ». Où ? Sur le bord de votre chemin de Vie. Parce qu’il ne vous est plus utile, ou parce que vous souhaitez qu’il ne soit plus le signe visible de ce que vous compensiez ou de ce que vous compensez encore.

Et ensuite plutôt que de voir ce que vous voulez perdre, si vous définissiez ce que vous voulez y gagner ?

….

Oui je sais bien que ça demande un temps d’adaptation ^^

Alors vous voulez gagner quoi ?

– gagner une meilleure santé ?
– gagner en souplesse ?
– gagner en facilité à vous déplacer ?
– gagner en harmonie ?
– gagner en esthétique ?
– gagner en sérénité ?
– gagner en beauté ?
– gagner du souffle ?
– gagner en bonheur ?
– gagner en confiance en soi ?
– gagner en estime de soi ?

Que voulez –vous gagner ?

Et maintenant fermez les yeux et imaginez-vous ayant gagné.
Comment êtes-vous ? Que ressentez vous ?
Inspirez profondément ces sensations agréables et venez les mettre dans votre cœur.
Inspirez, nourrissez-vous de ces sensations, de cette image de vous ayant gagné.
Inspirez et installez dans votre cœur cette vision.

Prenez un joli carnet et notez votre phrase :
« J’ai besoin de déposer [nb] de kilos pour gagner en [….. , ……. et ………] et me sentir [….. , …… et …..] »

Par exemple « J’ai besoin de déposer [20] kilos pour gagner en [santé et en souffle] et me sentir [fière de moi, confiante et épanouie] »
Et pour celles et ceux qui ne se pèsent jamais vous pouvez formuler ainsi :
« j’ai besoin d’avoir [un ventre plat et des cuisses fines] pour gagner en [harmonie, en souplesse…] et me sentir [légère et féminine] »

Vivez une dOuce semaine enchantée

 

Votre poids n’est pas un problème

Thaon sylvie perte de poids coaching holistique consultation téléphone skypeNous avons depuis toujours vu le poids, la ligne, l’alimentation, la gourmandise, le manque d’appétit comme des problèmes.

Ces temps ci vous avez un besoin de sucré : problème
Depuis 3 mois vous avez pris quelques kilos : problème
Vous avez perdu l’appétit et le plaisir de manger : problème
L’obésité morbide…ben c’est vous : problème
L’équilibre alimentaire c’est pas votre fort : problème

Du coups si ce sont des problèmes… c’est que la solution est compliquée à trouver et forcément c’est problématique à gérer.

Certains on voulu faire simple : problème = solution
Problème de poids = régime, opération, privation… au choix
Pour autant ça ne marche que très rarement. Combien de personnes passent leur vie à faire le yoyo, à ne jamais arriver à perdre du poids, à se faire opérer et pourtant à tout reprendre….

Et si nous changions de point de vue.

Pour moi le « problème de poids » n’est en fait qu’un symptôme.
C’est la « meilleure solution qu’ait trouvé notre cerveau pour faire face à ce que nous sommes, ce que nous vivons, ce que nous ressentons à cet instant ». C’est sa façon à lui de réguler.

Comme pour une maladie. Souvenez-vous : le mal à dit.
Là c’est pareil.
Et il n’y a alors pas une réponse unique. La solution est au fond de vous, de votre vécu, de votre ressenti.

Certains prennent du poids quand ils sont stressés, certains en perdent, d’autres quoiqu’ils fassent et qu’ils mangent ne prennent jamais 1 grammes. Qu’est-ce qui change de l’un à l’autre ? Leur ressenti, leur vécu, leurs croyances personnelles, leur traumas et au final le programme qu’ils ont en eux.

– Et donc ? On fait quoi alors ? Les régimes ne servent à rien ?

Si vous entendez par régime « restriction » je confirme ça ne marche qu’un temps.
Je vous conseille d’apprendre à ne plus voir votre poids comme un « problème ». De vous réconcilier avec vous en lisant en lui.

– En ce moment vous avez des fringales de fromages, qu’est-ce que ça veut dire, à quoi ça me renvoi ? Pour info Olivier Soulier à fait un magnifique travail sur le sens des désirs alimentaires.

– Vous avez perdu ou pris beaucoup de poids ? A quelle période ? Combien ? Que viviez vous, que ressentiez vous à ce moment là ?

– Vous souffrez d’intolérances alimentaires ? Lesquelles ? Depuis quand ? …

Tout ce décode Tout s’explique Tout à un sens
Oui ! Même votre poids !

Soyez convaincu que c’était pour votre cerveau à ce moment là la meilleure façon de faire face.

Et plutôt que de vous battre contre les kilos (ce qui épuise plus que ça ne permet de gagner) posez vous, remerciez votre corps et accordez lui l’attention qu’il réclame.

Que veut il vous dire ? Quelle(s) émotion(s) régule(nt) il ? Quelle douleur adoucit-il ? Quelle colère calme-t-il ? Quelle poids portez-vous ? Celui de la culpabilité ? Celui des responsabilités ? A quel événement ces kilos sont-ils dus ?

Et après me direz-vous ?

Une fois que l’on identifie ce qu’il compense, ce qu’il soulage, si vous travaillez sur cela, vous libérez ces poids qui vous pèsent ou vous rongent et cela modifie en profondeur votre programme.

Votre cerveau retrouve ainsi la liberté, il n’a alors plus besoin de compenser et c’est là où la perte (ou prise) de poids pourra s’enclencher naturellement en douceur

Si vous souhaitez comprendre votre poids, décoder vos programmes et retrouver la liberté, la légèreté d’être je peux vous accompagner sur ce chemin.

Je consulte par téléphone, Skype et en cabinet à Fréjus et Nice.
Une consultation dure environ 1H30 et coûte 60 €.
N’hésitez pas à m’appeler au 06.37.36.51.34

 

« Moins je mange, plus je grossis ! »

FRANCE-LABOUR-ECONOMY-REFORM-STRIKE-GAS

– Sylviiiiie !!!
– Oui ?
– Je ne comprends pas ! Moins je mange, plus je grossis !
– Normal, logique, évident.
– Hein ??!!!

Quand il y a u mouvement de grève dans les raffinerie et que vous craignez de ne pas avoir suffisamment de carburant pour faire face à vos besoins que faites vous ?

1. vous cherchez à avoir le plein pour le « cas où »
2. vous ne faites que vos trajets essentiels pour consommez moins

Quand vous réduisez de façon drastique et continue votre apport calorique que fait votre corps ?
1. Ayant peur de manquer si la situation perdure il se met à faire des stocks pour le « cas où »
2. Il se met en mode économie d’énergie, baisse son métabolisme et assure en priorité le fonctionnement des organes vitaux.

Conséquences :
1. il se met à stocker la moindre feuille de salade que vous aller manger.
2. ayant réduit son fonctionnement au maximum, quand vous remangez normalement il consommera moins qu’au départ et du coup vous grossirez là où avant vous perdiez.

En résumé :
1. Moins vous mangez, moins vous perdez
2. Moins vous mangez, plus vous reprendrez

Et petite cerise sur le gâteau :
Plus vous vous privez, moins vous avez de chance de réussir votre perte de poids de façon durable et définitive 😉

Alors où est la solution ?

Surement pas dans un régime !

Il est temps de changer de façon de voir les choses.
Il est temps de comprendre pourquoi ces kilos sont arrivés, quels déséquilibre ils sont venus rétablir, quelles difficultés émotionnelles ils sont venus apaiser.
Il est temps de lâcher ses peurs de manquer
Il est temps de cesse de partir en guerre contre ses kilos et d’envisager plutôt de faire la paix avec son corps
Il est temps d’être votre meilleur allié et de prendre soin de vous en mangeant de tout avec plaisir et gourmandise ❤

 

Qui vois-je ?

régime perte de poids silhouette prise de poids sylvie thaon coaching consultation thérapeute gts concept frejus saint raphael var alpes maritime nice skypeUne partie de mon accompagnement en consultation pour une prise, une perte ou de la gestion de poids se situe autour de votre silhouette.

Un des exercices consiste à vérifier si votre silhouette actuelle était bien synchro avec la représentation actuelle que vous avez de vous dans votre cerveau.

Primordial.

Cet exercice est presque devenu un incontournable. Je m’explique.

Lorsque je faisais 130kg et que j’avais banni tous les miroirs de la maison, lorsque je croisais mon reflet dans une vitrine je ne reconnaissais pas la personne que je voyais. Dans mon cerveau Sylvie faisait un joli 40/42. Aucun régime ne marchait sur moi. Je perdais quelques kilos mais jamais plus.
– Et ?
– Et bien normal. Pour mon cerveau je n’avais pas besoin de mincir, je l’étais déjà. Vous savez quand j’ai commencé à mincir sans effort ?
Un dimanche. J’avais passé le samedi à trier mes vêtements, je venais de décider de donner les vêtements que je gardais « pour le jour où » et je n’ai cessé de me dire ce jour là : « donnes les, stop, maintenant tu fais 130kg et ça ne changera plus, accepte le et vas donc faire du shopping lundi pour faire au mieux avec ce corps là ». J’avais enfin mis dans mon cerveau la silhouette actuelle. J’avais fait ma mise à jour.

Autre exemple : une cliente viens me voir, elle a perdu 30 kg mais commence à les reprendre. Au fil de la séance elle me dit « je me vois toujours grosse de toute façon ». Du coup passage devant le miroir.
Elle ne reconnait pas le reflet de la jeune femme du miroir. En visualisation elle se voit, elle, avec 30 kg de plus. Que fait le cerveau d’une telle info ? Il l’a fait regrossir pour qu’elle redevienne conforme au programme qu’il a.

Evidemment c’est la même chose pour les personnes ayant besoin de prendre du poids. Mademoiselle Y a dans son cerveau l’image d’elle grosse alors qu’elle met un ptit 36. Elle pourra faire tout ce qu’elle veut, tant qu’elle n’a pas modifié la représentation mentale qu’elle a d’elle, elle ne réussira pas prendre et à stabiliser ce poids, voir elle n’aura de cesse de perdre encore et toujours au péril de sa vie. Son cerveau ayant l’info qu’elle est en surpoids il lui fait perdre du poids.

Dans tous les cas il y a des mise à jour à faire.
Pour que le cerveau ait le bon programme.

Comment on fait cela ?

Vous pouvez déjà faire un premier exercice seul(e). Vous vous mettez devant le miroir et vous visualisez sur le côté du miroir la représentation que vous avez de vous-même. Et vous comparez avec le reflet, méthodiquement, de la tête jusqu’aux pieds. Si se sont les mêmes ok. Si elles sont différentes vous passez de l’une à l’autre rapidement plusieurs fois jusqu’à ce que les deux soient les mêmes.

Si vous n’y arrivez pas nous pouvons le faire en consultation par téléphone, skype ou en cabinet à Fréjus ou Nice.

 

Les body-kifs

– T’as vu le cul que tu te paies ?gts concept perte de poids estime de soi mincir silhouette ligne s'aimer bodykifs neuroscience
– Pffff laisse tomber ! Tes cuisses c’est des poteaux
– T’es moche dis donc !
– RooOo la baleine que t’es avec ce maillot !
– T’es un boulet franchement !
– T’es trop conne !

Vous accepteriez que je vous dise cela ?
Vous oseriez dire cela à votre meilleure amie ? A votre maman ? A votre fille ? A une collègue ?

– Surement pas ! C’est bien trop cruel et dévalorisant !

A elle vous lui montrez ses atouts et vous la faite positiver, non ?

Alors pourquoi vous le dites-vous à longueur de journée ?

On se traite bien souvent bien plus mal que l’on traite ses amis.

Alors demandez vous devant votre miroir
« Que dirais je à ma meilleure amie si elle était plantée là, nue, devant le miroir à se dire les pire horreurs ne posant son regard sur ce qui ne lui plait pas chez elle ? « 

Appuyer sur le négatif c’est enfoncer un clou. Ça blesse. Il n’y a aucune bienveillance et positivité dans cette démarche.
En revanche éduquer son regard à voir du positif dans notre silhouette, parfois petit morceau par petit morceau, ça transforme le regard que l’on porte sur soi, ça renforce notre estime.

Je ne vous dis pas de nier ce qui ne vous plait pas. Je vous propose, plutôt que de vous épuiser à détester cette partie, de vous remplir d’énergie en aimant des ptits bouts de ci de là (qui seront de plus en plus nombreux au fil des jours, garantis 😉 ) et du coup de pouvoir rediriger cette énergie positive à la recherche de solutions pour le popotin pas ferme ou les cuisses flasques.

Alors concrètement on fait quoi ?

Chaque matin pendant 21 jours vous dites à votre cerveau de trouver d’ici ce soir 5 endroits et des attitudes qui vous plaisent dans votre silhouette. Si, si ! Obligé : UNIQUEMENT CE QUI VOUS PLAIT ! Habillé, nu, fixe ou en mouvement. Peu importe. Le seul impératif est d’en trouver 5 d’ici le soir.

– Vous ne trouvez pas ? Mettez vous en valeur, sublimez la courbe que vous aimez, le regard qui brille… attirez le regard sur les endroits que vous aimez (ou ne détestez pas :p ) plutôt que de passer votre temps à vouloir camoufler ce qui ne vous plait pas. Vêtements, maquillage, accessoires, on teste 😉

Dans la journée soyez attentive à votre corps, à ce qu’il dégage, à l’effet de vos jambes croisées, à avoir une jolie posture, à la courbe de vos hanches… Testez de nouvelles tenues, regardez les réactions, bref amusez-vous !

En fin de journée vous devrez noter vos 5 body kifs du jour (un creux, une courbe, une mise en valeur….). Et pas un jour sans noter ses kifs ! Souvenez-vous qu’un jour sans kif est un jour où l’on n’a pas été attentive et/ou bien trop négative 😉 Alors on change son regard 😉

Et n’oubliez pas que l’estime de soi touche beaucoup plus de monde que l’on pense, alors parlez en à vos filles, vos copines et également à vos maris, vos frères, votre père, vos fils et vos amis ! 😉 Amusez-vous à le faire en famille 😉

Et n’hésitez pas à venir partager ici vos body kifs, vos difficultés, vos impressions, vos victoires 😉

Pourquoi 5 ? Parce que des chercheurs en neurosciences ont déterminé qu’il faut 5 compliments pour annuler l’effet d’une critique. Et que je mets ma main à couper que vous ne passez une journée sans vous faire au moins une critique… alors 5 compliments en auront au moins désactiver une.

Les premiers jours vous allez trouver cela probablement horrible et infaisable… Persévérez. Et chaque matin donnez à nouveau l’injonction à votre cerveau de trouver ces 5 Body Kifs. Vous serez surprise de la rapidité avec lequel le regard change. Si, Si promis.

Passez une belle jOurnée enchantée ❤

J’vous kiff et j’vous kiss ❤

Syl Vie

P.S : Si malgré tout vous n’y arrivez pas, ça remue trop d’émotions en vous, vous savez que je consulte en cabinet à Fréjus et également par Skype et téléphone.

 

Le poids émotionnel

La nature est bien faite et notre corps est notre meilleur ami.causes émotionnelles du surpoids ou sous poids coaching perte de poids

Combien de message affolés reçus parce que la balance ne vous dit pas ce que vous voulez….

Le cerveau est un malin, il sait très bien que votre poids est un canal de communication que vous avez appris à écouter.

Vous êtes épuisé et gavé en ce moment ? Bang 2kg !

Vous avez oublié qu’il est vital de boire ? Bang 1kg ! .

Vous vous faites du soucis avec l’impression d’avoir pris une charge en plus ? Bang 500g !

Vous portez la famille à bout de bras ? Bang 3kg !

Pourquoi ? Parce qu’il a bien compris que là il a une chance que vous l’écoutiez ! Il espère que vous vous posiez enfin les bonnes questions et que vous modifiez vos comportements pour ne plus l’épuiser en portant les valises de tout le monde, en ne lui donnant pas l’eau dont il a besoin….

Remerciez le d’être clair avec vous et si vous voulez vraiment qu’il change de canal de communication apprenez alors à écouter et accueillir vos émotions ça lui évitera d’aller vous coller des kg en trop pour qu’enfin vous l’écoutiez.

– Syl !!! Facile à dire ton histoire de valises d’hier ! Pas facile à faire !

– Pourquoi, à l’aéroport tu prends les valises de tous les passagers ?

– Ben non je ne les connais pas.

– Ok, quand tu reviens de voyage avec toute la famille tu prends toutes les valises sur ton dos ?

– Ben non

– Chacun prend la sienne et si la valise est trop lourde on la met sur un chariot ?

– Oui

– Et c’est dur à faire ?

– Ben non

– Alors qu’est-ce qui est différent dans la vie ? Pourquoi prendre la valise de ton fils ? De ton ami ?

– Ben pour que ça lui soit moins lourd à porter, le pauvre…

– Et toi ? Pas le pauvre ou la pauvre ? Pourquoi ne lui montres-tu pas le chariot pour qu’il puisse ensuite trouver ses solutions seuls ?

Faire « à la place de » n’est pas aider la personne, c’est même tout le contraire.

Faire « à la place de » c’est la priver de son autonomie, de son estime et de sa confiance.

Faire « à la place de » c’est minimiser son inconfort, ses émotions désagréables qui l’aurait pourtant poussé à trouver une autre solution, une autre façon de faire.

Faire « à la place de » c’est le maintenir dans une relation de dépendance ponctué de « rooo que ferais tu sans moi ?! » se voulant affectueux et ne confortant au final que notre propre besoin de se sentir indispensable.

Et si finalement tout cela nourrissait juste votre peur de plus être aimé ? Si finalement vous faisiez tout pour être indispensable, pour être inoubliable, pour être « inabandonnable » ?

A méditer 😉

Kilos en trop, notre force ?

sylvie thaon coach développement personnel tspcoaching coaching en ligne perte de poids régime skype internet var alpes maritimes fréjus draguignan saint raphael niceEn autres raisons peut être plus personnelles, nos kilos en trop sont la réponse de notre cerveau pour :
– nous protéger,
– nous montrer les poids que nous portons
– nous rendre forte
– combler un manque…

Oui nos kilos nous sont donc utiles ! Ils ne sont pas venus par hasard mais bien parce que nous en avions besoin, que nous n’avions pas d’autre façon de nous protéger, de nous rendre forte, de porter tout le monde…

Et vient le temps où notre besoin change et où nous décidons qu’il est temps qu’ils partent. On applique alors une méthode mécanique et on se met au régime (quel qu’il soit d’ailleurs ).

Et là…

Soit ça se fait naturellement parce que nous avons réglé la cause et que les empreintes émotionnelles en cause ont été libéré naturellement, par un travail sur soi ou lors d’une épreuve qui nous a fait grandir. ❤ On perd, on stabilise et tout va bien ❤

Soit les empreintes sont encore vives, on n’a pas encore les ressources pour faire face à ces émotions et là c’est la panique ! Même avec le kilos en moins on ne se sent pas mieux ! Déprime, voir dépression, reprise de poids voir même maladie peuvent se déclarer comme autant de signes que vous envoie votre cerveau pour vous rappeler que vous avez des blessures à guérir et des colères, chagrins, haine, peurs (…) à libérer pour vraiment pouvoir faire sans le surpoids. Et oui vous avez bien lu ! Votre cerveau peut développer des « mal à dit » dans l’espoir que cette fois vous compreniez de quoi il va falloir s’alléger réellement.

Alors posez vous au calme, seul(e) et demandez-vous pour commencer :
– Quand avez vous pris ces kilos, à quelle période ? De façon linéaire ou en +eurs fois ?
Vous aurez alors identifié les raisons. Se sont les « excuses » que nous donne « notre ptit vélo ». Lui son job c’est d’analyser de façon objective et distante pour nous éviter de nous reconnecter aux émotions premières, à nos ressentis de l’époque. Il ne nous donne accès qu’à la 1ere couche, la partie émergée de l’iceberg. Ce qui nous intéresse c’est la partie immergée, les émotions qui sont liées à ces événements ❤

Une fois que vous avez listé cela, commence la partie la plus importante : Quelles étaient alors les émotions dominantes ? Quel drame, quel conflit vivez vous alors ? Et si vous êtes un(e) adepte du yoyo comment vous sentiez-vous quand vous avez réussi à perdre ?

Demandez à votre cerveau. Arrêtez de réfléchir et d’analyser. Juste demandez lui et soyez attentif (ou attentive) à la réponse qui vous donne dans les 3 secondes qui suivent votre question soit via une image, un souvenir, une odeur, une sensation….

Vous ne trouvez pas ? Pas grave.

Dites à votre cerveau que vous avez besoin de la réponse (ou des réponses d’ailleurs, il peut y avoir plusieurs ressentis liés), que vous êtes ok pour vous pencher dessus et vous en occuper.  Il déstockera quand il vous sentira prêt(e). Faites lui confiance, il est votre meilleur ami. Ne forcez pas les choses. Ça peut faire flipper de rouvrir le couvercle où sont stockées toutes ces émotions encore vives si l’on a pas encore les ressources pour les laisser s’exprimer. Parfois notre mieux est de refermer le couvercle en attendant le bon moment, dans la bonne période, avec les bons outils.

Faites votre chemin en douceur, faites confiance à votre cerveau et à vous même, si vous avez BESOIN de vous sentir enfin libre alors vous trouverez les moyens pour y parvenir. Pas parce qu’il le faut, mais parce que vous en avez alors besoin. Et je ne le répéterai jamais assez : ne cheminez pas seul(e), allez à la rencontre de coachs et/ou de thérapeutes qui vous donneront des clefs pour passer les étapes et vous aideront à mobiliser VOS ressources pour qu’enfin vous soyez libre et autonome.

Soyez doux avec vous-même… et votre cerveau 😉

« derrière chaque maladie il y a un schéma émotionnel qui s’ignore » (Dr Meyers). 

Notre cerveau communique avec nous au travers des émotions.

Les gérer, les minimiser, les ignorer revient à faire taire notre meilleur allié, notre cerveau.Il tente alors un autre mode de communication et enclenche un processus de somatisation. Pour qu’enfin nous prêtions attention à son message.

C’est alors le moment d’aller explorer ces blessures et les émotions qui y sont liées que l’on n’a pas su ou pas voulu écouter jusqu’alors.

Prenez soin de vous et n’oubliez pas que rien n’est le fruit du hasard (à moins que ce ne soit le hasard qui fasse bien les choses).

 

J’en ai ras le bol !

– Syl ! C’est la cata ! J’ai fait n’importe quoi aujourd’hui !
syvie thaon tsp tspcoaching coaching perte de poids régime en ligne skype internet var fréjus saint raphael draguignan nice alpes maritimes– Que s’est-il passé ? 
Je me suis gavée ! J’ai explosé mon quota calorique !
– Comment te sentais tu ? Quelles étaient tes émotions ?
– Mes émotions ?!
– Oui
– Ben… j’en ai ras le bol en fait !
– Ras le bol… ras le gosier… gavé quoi. Non ?
– Ah ben oui !
– Ben voilà !
– « Ben voilà » quoi ??!!
– Ben voilà tu es ce que tu dis être 🙂 Tu dis « ça me gave », « j »en ai ras le bol ». et bien ton cerveau adapte ton comportement à ce que tu dis être.
– Euhhh et je dois dire quoi alors ?
– Déjà veiller à la façon dont on se définit. On n’est pas une émotion. On la ressent, on la laisse s’exprimer et ainsi perdre en intensité. On n’est pas « en colère, triste, abonné… ». On RESSENT de la tristesse, de la colère, le sentiment d’abandon »…

Ensuite pour celles et ceux dont c’est un comportement, un schéma ancré depuis longtemps dont vous ne voulez plus, dont vous voulez vous libérer allez à la rencontre de thérapeutes, de coachs qui vont vous aider à changer votre programme pour que vous soyez libre d’être celui ou celle que vous souhaitez être.  Il existe plein de méthodes, de techniques et de personnes différentes et complémentaires pour vous accompagner vers ce chemin. Faites votre choix, testez, demandez autour de vous, faites confiance à votre intuition, soyez sensible aux synchronicités qui mettent sur notre chemin les bonnes personnes au bon moment…

Et je vous rappelle au passage … It’s my job 😉 Si vous avez besoin et que vous sentez que je peux vous venir en aide, n’hésitez pas à m’envoyer un mail, un mp ou à me contacter par téléphone, nous échangerons ensemble dans un premier temps pour que vous puissiez ensuite faire votre choix en toute conscience et librement ❤

Les séances coaching se font par téléphone ou par skype principalement (à moins que vous habitiez prés de Nice ou de Fréjus ) et elles ont un avantage majeur : l’amplitude horaire. Je m’adapte à vos disponibilités : tôt le matin, tard le soir, en journée,en semaine et même le samedi ou le dimanche ! Non, non je ne travaille pas tout le temps, j’ai juste un emploi du temps flexible et modulable à souhait et j’adore ça !

Je vous rappelle mes coordonnées :
Tel : 06.37.36.51.34
Mail : syl.thaon@gmail.com
Et ici le lien de ma page Fb

 

Votre objectif en ligne de mire

12400695_585026288321482_8052778942713634237_nAvez vous remarqué dans une piscine, que nous avons, dans ceux qui font des longueurs, deux catégories de nageurs : ceux qui filent tout droit et ceux qui les esquivent ? Idem sur un trottoir d’ailleurs ! Il y a les piétons qui filent droits et ceux qui font un écart pour les laisser passer.

Et vous savez pourquoi ?

Parce que les uns ont donné à leur cerveau l’ordre d’avancer, ils regardent donc droit devant et les autres ont donné l’ordre à leur cerveau de faire attention et ils regardent donc les obstacles qui arrivent et les évitent.
Je vous invite à essayer dans la vie de tous les jours 😉 Hop sur le trottoir vous vous mettez dans la ligne parfaite de quelqu’un qui vient en face et vous regardez au delà de la personne, votre objectif et donnez l’ordre à votre cerveau de passer. L’exercice sera réussit quand vous verrez la personne faire un écart pour que vous passiez. Véridique !

C’est comme au rugby quand on veut mettre un essai, il faut fixer l’objectif du regard et non le molosse qui se trouve sur le chemin sinon notre cerveau ne va pas franchir l’obstacle.

Je m’égare vous pensez ? Qu’est-ce que ça vient faire là ?

Et bien non ! Combien êtes vous à stresser à l’idée d’un objectif à atteindre ? Vous êtes tellement concentré à voir tous les soucis à éviter, tous les pièges à déjouer que vous n’avez même plus votre objectif en ligne de mire. Alors aujourd’hui nous allons fixer notre objectif  pour être sûr de ne pas dévier de notre ligne !

Notre cerveau ne connait pas les « peut être », les « j’vais essayer », les « oui mais », les « si… » et les « ce s’rait bien que » . Il est binaire . C’est oui ou non. On y va ou on y va pas. On fait ou pas.
Si on veut atteindre un objectif il faut être clair et alors il exécute.
Regarder droit devant en direction de l’objectif. Pas les obstacles supposés. L’objectif. Et alors le cerveau se débrouille pour mettre en place les stratégies qu’il faut pour passer les obstacles quand ils se présentent et atteindre le but pour lequel il a été programmé.

Donc, donc…. soyons clair 🙂
Quel est l’objectif que vous voulez atteindre ? Pour quand ?  En 1 phrase.
A vous de choisir si votre objectif concerne votre poids, votre développement personnel, votre santé, votre job, votre relation avec votre chéri ou les enfants…. et surtout d’être très clair 🙂 N’oubliez pas que vous définissez l’ordre que vous allez donner à votre cerveau 🙂