Lettre à Louise

louise medecin traintant pouvoir guerir maux du corps liberté être soi résilience sylvie thaon coach de vie art thérpeute psychologue fréjus saint raphael var draguignan.jpgVous connaissez Louise ?
Non parce que là je suis dans la salle d’attente du médecin et j’ai 2 ou 3 trucs à lui dire…

Chère Louise,

Nous ne nous connaissons pas, nous sommes dans la même salle d’attente, toi accrochée au mur, moi sur la chaise en face. A te voir et à lire la phrase qui t’accompagne j’éprouve pour toi de la tendresse et l’envie de te parler.

Louise voyons….
J’espère que tu ne les croies pas quand ils te disent que c’est grâce à eux.

Louise tu sais….
Ce n’est pas grâce au médecin que tu es dans une forme olympique
Ce n’est pas non plus que grâce à un traitement
Ce n’est pas non plus grâce à ton psy, ton thérapeute ou ton coach
Ce n’est pas non plus grâce à la génétique
Ce n’est même pas grâce à la chance, au destin ou à Dieu

Ne nous y trompons pas Louise…

Oui ton médecin peut t’épauler pour que tu aies une forme olympique
Oui les traitements peuvent contribuer à ta guérison
Oui ton psy, ton coach ou ton thérapeute peuvent t’accompagner à faire la paix avec toi-même, ton passé et soutenir ton élan de transformation
Oui croire en Dieu peut t’aider

Mais tous peuvent être totalement inefficaces et ça c’est de ta responsabilité.

Louise ne t’énerve pas… je m’explique

Quand tu te dis que c’est « grâce aux autres » que tu as une forme olympique tu te retrouves impuissante face aux événements, aux changements, aux maladies, aux drames.

Tu te retrouves alors démunie…
– restant les bras ballants, entre peur et désespoir tu ne peux rien.
-t’agitant à la recherche du « bon » praticien, de la potion magique, du guérisseur, du maître à penser et à vivre.
-niant les signes de ton corps continuant comme si de rien n’était, à 100 à l’heure pour éviter de penser.
– rageant contre le système, le toubib, les médicaments, les laboratoires, l’argentquipourristout
– pleurant sur ton sort, maudissant la chance, dieu ou ton karma

Et pourtant….
Si tu savais combien ton corps est magique, combien ton esprit est créateur.
Si tu te souvenais de ce feu intérieur qui te nourrit, de l’énergie de vie qui circule en toi
Si tu te reconnectais à ta joie, ton élan de vie, tes passions

Qu’est-ce que tu serais puissante !
Qu’est-ce que tu vibrerais !
Qu’est-ce que tu rayonnerais !

Et alors là Louise….

Là c’est magique ! Et l’action de ton médecin, de tes traitements, de ton psy, de ton coach et même de dieu s’en verrait décuplée ! Grâce à toi. Parce que ta forme olympique vient de toi.

Tu as le pouvoir.
Le pouvoir de choisir comment tu veux vivre les événements de ta vie, comment et par qui tu veux te faire accompagner en cas de besoin
Le pouvoir de haïr ou d’aimer
Le pouvoir d’entretenir ta peur ou de nourrir ton espérance
Le pouvoir de souffrir ou de jouir
Le pouvoir de grandir ou de guérir

Tu as le choix à chaque seconde.
Et parfois ce sera simple, parfois ce sera difficile, parfois tu auras l’impression que c’est impossible. Tu feras de ton mieux. Et à chaque fois tu grandiras.

Et tu pourras dire que cette forme olympique que tu tiens c’est grâce à toi et à tout ce que tu as mis en place pour y parvenir.

Voilà ma Louise ce que j’avais à te dire.

Belle journée et surtout crois en toi avant tout, tu es ton meilleur guide   »

Et vous aussi jolis vous, croyez en vous avant tout, vous êtes votre meilleur guide 

SylVie

Publicités

C’est plus comme avant

« C’est plus comme avant »

sylvie thaon coaching développement personnel

Plutôt que de s’installer dans la nostalgie, voire la souffrance de ce qui n’est plus, portons notre regard sur l’infinité des possibles qui se présente à nous dans ce nouveau.

Remplaçons nos peurs, nos colères et nos chagrins par l’excitation d’aller vers ce nouveau, par cette sensation de liberté que ça réveille, par la joie d’y aller qui nous fait vibrer et demandons-nous :

« Quel est mon possible ? »

Belle fin de semaine enchantée

J’vous kiff et j’vous kiss ♥

SylVie

En finir avec les phobies et angoisses

phobies angoisses on en ferait beaucoup plus si on en croyait moins d'impossibleLa poitrine qui serre, l’air qui vous manque, les jambes qui flageolent, la température qui augmente, les mains qui se mettent à trembler, une boule dans la gorge empêchant à tout son de sortir, panique

Vous vous forcez ? Ca empire et ça s’imprègne encore un peu plus en vous, jusqu’au jour où ça devient impossible d’agir, ni même d’envisager agir.

On se limite, on s’interdit, on se refuse à le faire plutôt que de ressentir à nouveau ces sensations. On accepte d’un « j’suis phobique, j’peux rien y faire ».

Vous pouvez vous en accommoder et vivre « bien » avec si tant est que vous ne soyez pas dans l’impériosité d’y être confronté. Vous êtes de toute façon tellement persuadé que l’on ne peut rien y faire…

Pourtant certaines personnes ont fini par les dépasser. Alors comment ont-elles faites ?

Elles sont arrivées à un moment de leur vie où elles ont eu BESOIN de la dépasser, de se dépasser. Souvenez-vous : une fois que nous identifions clairement un besoin et que l’ordre est donné à notre cerveau celui-ci va aller chercher les outils, les personnes ressources pour que vous atteignez ce but.

Vous ressentez l’absolue nécessité que cela change, le besoin de pouvoir à nouveau vivre librement ? Ca tombe bien c’est possible ! Si, si ! Il est possible de descendre à flan de montagne alors que l’on a une peur viscérale du vide, il est possible de réapprendre à aller dans un magasin, de retourner nager…. Et non ça ne va pas être long et douloureux !

Ok je vous l’accorde je vous dois une explication :p Allez c’est parti !

Qu’est-ce qui fait que l’on soit saisi de peur, d’angoisse à chaque fois ? Ou plutôt… QUI ? Notre cerveau bien sûr ! Pourquoi ? Parce que celui-ci a enregistré dans son disque dur une empreinte émotionnelle négative et qu’il a l’obligation de vous mettre en alerte dés que vous être confronté à nouveau à une situation analogue. Panique à bord ! Tous les gyrophares hurlent ! Il faut à tout prix l’avertir de ne pas le faire ! Et pour ça tous les moyens sont bons : jambes qui flageoles, gorges nouées, mains qui tremblent, sueurs froides, souffle coupé….. Ca y est elle est immobilisée ! Job réussi !

Oui mais voilà vous n’êtes pas libre de vos mouvements, de vos actions. Certains ont bien essayé de se raisonner, d’affronter en se disant « aller juste un pas », « allez tiens au moins 5 minutes » ? Ce sont des techniques comportementales très répandues mais à quel prix ! Quelle douleur, quelle sensation de culpabilité à ne pas y arriver, quelle perte d’estime de soi !

Il est pourtant  possible de se défaire de ces phobies et angoisses sereinement. Si, si !

Pour recouvrer la liberté de choix de faire ou pas il va falloir allez reprogrammer. Et avant de pouvoir reprogrammer il faut… déprogrammer et commencer par enlever les empreintes émotionnelles négatives, dans ma pratique je me sers des techniques du GTS Concept pour ce faire. Et une fois les empreintes émotionnelles négatives enlevées ça permet d’à nouveau ressentir les émotions positives et ainsi réinitialiser le programme sur un mode serein 😉 

Ok, je vous l’accorde ça parait simple et pas douloureux…. Et ça l’est !!! Vous en doutez ? Alors venez tester 😉