Nature, Pleine Conscience et joie de vivre

 

Hier en me promenant avec des amies nous échangions sur notre façon de vivre nos balades.

sortie nature pleine conscience var bien être coaching thaon sylvie âme joie famille

Parfois nous émerveillant d’une fleur, de la forme d’une racine, d’un tronc biscornu.

Quelques fois nous amusant à sauter d’une pierre à l’autre en imaginant que nous avions e la lave ou l’océan entre chaque pierres comme quand nous étions enfant.

Tantôt jouant à « je t’aime, un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout » avec une vieille pomme de pin à moitié croquée par les écureuils.

De temps à autre à machouiller un brin de thym, de romarin, de poireau sauvage ou à collecter de la sève de pin cristallisée pour s’en servir d’encens.

Des fois à s’imaginer des comptes merveilleux, des grottes à Fées ou à Lutins dans le creux des arbres ou des rochers, à écouter l’Esprit des Roches répondre à l’esprit du vent…

Et à chacun de nos pas à respirer, à humer, à savourer, à admirer, à aimer.

Aimer.
Aimer profondément cette Nature et ses merveilles
Aimer se sentir vivre et vibrer avec elle
Aimer jouer, se sentir libre
Aimer Être

Publicités

Je continuerai…

espoir monde meilleur quoi qu'il arrive croire sylvie thaon coaching consultation thérapeute gts concept frejus saint raphael var alpes maritime nice skypeJe continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.

Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine.

Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.

Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.

Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité.

Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte.

Et je continuerai à crier, même si les autres se taisent.

Et je dessinerai des sourires sur des visages en larmes.

Et j’apporterai le soulagement, quand on verra la douleur.

Et j’offrirai des motifs de joie là où il n’y a que tristesse.

J’inviterai à marcher celui qui a décidé de s’arrêter…

Et je tendrai les bras à ceux qui se sentent épuisés. »

Abbé Pierre

Evidemment !

J’ai découvert une magnifique BD de Art-mella « Émotions : enquête et mode d’emploi« …. Et là je me suis dit….

lâcher prise émotion colère tristesse peur sylvie thaon coaching consultation thérapeute gts concept frejus saint raphael var alpes maritime nice skype

Dans un passage elle associe les émotions à un mouvement :
La tristesse : les bras nous en tombe, mouvement vers le bas
La peur : Arghhhh ! mouvement de recul
La colère : peur de perdre son territoire, mouvement pour repousser
La joie : yépa ça donne envie, mouvement vers l’avant

Je trouve la métaphore parfaite.

Et du coup si on associe la joie à une des émotions négatives ça coince.
Comme dans une équation mathématique : – et +…. ça fait -.

L’exemple qu’elle donne concerne la joie associé à la peur.
Et c’est là que je me suis « mais oui, mais c’est bien sûr ! » je venais de comprendre tout le schéma de l’abondance que je travaillais ces dernières semaines !
Je m’explique :
Peur = de ne pas gagner assez d’argent
Joie = un job passionnant

La Peur = fait reculer
La Joie = fait avancer

Du coup…. et ben au mieux je faisais du surplace, au pire je reculais ! Et quand j’arrivais à avancer c’était au prix d’un effort surhumain pour aller à l’encontre du mouvement de recul.
Et ? Je venais de comprendre avec cette métaphore tout le mécanisme de l’abondance.
=> si je veux vivre de ce job passionnant… je dois lâcher mes peurs.
Et ça tombe bien c’est ce que je m’attache à faire depuis quelques mois. Une peur après l’autre.
– Peur de manquer
– Peur de faire faillite
– Peur de mettre mes enfants en danger
– Peur de créer des dettes
– Peur d’échouer
– Peur de me tromper
– Peur… d’avoir peur :p

Alors voyons avec les autres émotions.
La colère : de passer mon temps à répéter les choses à mes enfants
La joie : d’avoir des enfants qui grandissent
Résultat : Bingo on fait du surplace ! Et c’est parce que moi je fais du surplace avec ces deux émotions… que eux même font du surplace.
C’est d’ailleurs les jours où je lâche ma colère et ma frustration et que j’arrive à les accueillir comme ils sont, qu’ils sont les plus autonomes et qu’ils me surprennent le plus 😉

La tristesse : La tristesse de ces vies envolées
La joie : La joie d’être en vie
Résultat : Paf me voilà cloué sur ma chaise, sans force, sans envie de me lever, anéantie.
C’est en accueillant cette tristesse que je la libère et que je retrouve le peps de me relever, de me mouvoir et de vivre cette vie si précieuse. Pour eux, pour moi.

J’en entends déjà me dire « et si c’est colère et peur » en même temps ?
Ben ça vous rend zébulon tiens :p
C’est surtout que ça met un fiéfé bazard dans le message ! et pour soi et pour son entourage ! Vous repoussez l’autre et vous reculez de peur et avec le double de forces contraires encore plus compliqué d’avancez vers où vous voulez aller ❤