Enfants hyperactifs, enfants dys, enfants différents : quels fabuleux potentiels !

Aujourd’hui je vous propose que nous élargissions notre vision, que nous regardions au delà d’un diagnostic, d’une étiquette, d’un symptôme.

Voici une interview de Marie-Françoise Neveu réalisée par Lilou Macé. Elle est l’auteur entre autre du livre « Enfant hyperactifs, autistes, dyslexiques, dys…. et s’il s’agissait d’autre chose ? »

Pour accompagner certains de ces merveilleux enfants en consultation, je trouve que son approche a le mérite d’exister.

Elle raisonne forcément en moi tant je suis convaincue que leurs différences sont de véritables atouts si tant est qu’on les reconnaisse, qu’on regarde au delà et tant je suis convaincue du potentiel extraordinaire de chaque enfant.thaon sylvie enfant tresor developper leurs potentiels

 

Quel fabuleux potentiel chez chacun d’eux !
Quel gâchis quand on s’arrête à un « problème » quel qu’il soit !
Chaque enfant est porteur, à sa façon, d’un potentiel créatif pour répondre aux enjeux de demain

 

Accompagner les enfants et leurs parents sur leur chemin de vie pour qu’ils développent leurs talents et qu’ils s’épanouissent est pour moi d’une richesse incroyable

Croyez en vous et en eux, autant que je crois en vous, en eux et dites leur ! ❤

Je vous souhaite une dOuce journée enchantée

SylVie

L’argent ne fait pas le bonheur… quoi que !

largent-ne-fait-pas-le-bonheur-thaon-sylvie-tspcoaching-coach-developpement-personnel-mandala-defimandala-flow365Et si vous vous interrogiez sur vos croyances limitantes liées à l’argent ?

Installez-vous confortablement, attachez vos ceintures il risque d’y avoir quelques turbulences :p

ETAPE 1 :
Papier/crayon
5 minutes (mettez le chrono à sonner):
Sans réfléchir, écrivez toutes les phrases que vous prononcez ou que vous avez entendu dans votre enfance, votre vie, liées à l’argent.
Toutes. Sans filtre.

Par exemple :
L’argent ne fait pas le bonheur
L’argent ne tombe pas du ciel
S’il a de l’argent c’est forcément louche
T’as des goûts de luxe
Tu te prends pour une bourgeoise
Le fric ça te fait oublier d’où tu viens

Une fois la liste faite vous la mettez de côté.
ETAPE 2 :
Prenez une nouvelle feuille et un crayon.
5 minutes (mettez le chrono à sonner):
Sans réfléchir, écrivez quelles sont vos peurs liées à l’argent. Commencez la ligne par « j’ai peur….. »
Toutes. Sans filtre.
Exemple :
J’ai peur de manquer d’argent
J’ai peur de me retrouver à la rue
J’ai peur qu’on me prenne mes enfants
J’ai peur d’être interdit bancaire
J’ai peur de tout perdre
J’ai peur de prendre la grosse tête
J’ai peur de devenir prétentieux
….
Une fois la liste faite vous la mettez de côté.
ETAPE 3 :
Fermez les yeux et visualisez les personnes qui pour vous sont des modèles parce qu’ils ont de l’argent et en font bon usage, parce qu’ils ont su entreprendre, réussir, parce que ce sont de bons gestionnaires, parce qu’ils ont su resté naturels et humble même avec de l’argent, qu’ils ont de belles valeurs.
Inspirez et ramenez dans votre cœur toutes leurs compétences, toutes leurs valeurs, leurs qualités ❤
Inspirez et ramenez dans votre cœur
Encore une fois, inspirez et ramenez dans votre cœur tout ce qui fait de ces gens aisés des modèles pour vous.

ETAPE 4 :
Maintenant fermez les yeux et imaginez-vous avec l’argent, quels sont vos besoins ? quels projets va-t-il permettre de réaliser ? Comment va-t-il vous permettre de contribuer à votre bien être, à celui de votre entourage et à celui de la société ? Quelles sont les valeurs qui guident vos choix de dépense ? Que ressentez-vous ? Que réalisez-vous ?
Si des peurs ou des croyances remontent à la surface, sortez les de cette vision, déposez les sur les feuilles précédentes puis revenez à la vision jusqu’à ce que celle-ci vous semble agréable
Quand la vision vous plait, que vous vous sentez équilibré, serein dans cette visualisation alors inspirez profondément, récupérez les sensations agréables que vous ressentez à vivre dans cette aisance financière.
Inspirez et ramenez dans votre cœur toutes ces sensations positives
Encore une fois, inspirez et ramenez dans votre cœur cette joie, cette sérénité, cette liberté supplémentaire que vous donne l’argent.

ETAPE 5 :

Prenez la feuille des croyances limitantes et celle des peurs, pliez les et allez les brûler.
Regardez vos croyances limitantes et vos peurs partir en fumée. Dans les airs s’envolent celles de votre famille, de vos amis, de votre « classe sociale », de la société….
Une fois les feuilles en cendres, inspirez profondément, ressentez au fond de vous la légèreté, cette sensation liberté, cet univers des possibles qui s’ouvrent à vous.

Rappelez vous votre vision de l’étape 4, combien vous vous sentiez bien, combien l’argent vous a permis de réaliser de belles choses, de contribuer au bonheur et aux projets de nombreuses personnes, combien il permet quand il est utilisé avec de belles valeurs de rendre les choses plus belles, de voir plus grand, plus loin….

Inspirez toutes ces sensations agréables.
Inspirez tout le bonheur, la fierté de ces projets accomplis.
Inspirez toute cette joie de voir cet argent circuler, de le voir contribuer aux projets d’autres également, d’entretenir un cercle vertueux.
ETAPE 6 :
Créez ses nouvelles croyances liées à l’argent, celles qui vont vous guider, vous porter et vous permettront de vous réaliser.
Papier/Crayon
5 minutes top chrono
Notez sous forme de phrase ou de mots clefs vos nouvelles croyances.
L’argent pour vous c’est …..
L’argent contribuera à ….
L’argent va me permettre ….
L’argent me servira à …
ETAPE 7 :
Réaliser son mandala (dessin centré) de synthèse.
Prenez une feuille A4, dessinez un carré de 21X21. Dessinez un cercle de 10cm de rayon. Marquez le centre d’un point.
Vous allez mettre dans ce mandala votre ou vos nouvelles croyances liées à l’argent. Soit sous forme de phrase, soit sous forme de dessin, de collage d’images qui la représentent. Faites de ce mandala votre nouvelle vision de l’argent. Qu’il soit porteur des projets qu’il va permettre de réaliser, des valeurs qui vous guideront, des compétences qui vous permettront d’en faire bon usage…
Prenez le temps de le réaliser. Fixez vous rdv avec votre mandala. Laissez venir les choses.
Si des peurs ou des croyances limitantes viennent durant la réalisation brouiller à nouveau la vision agréable de vous avec de l’argent, sortez les de votre tête, notez les sur une feuille, vous les ferez bruler ensuite.
Regardez sur internet, sur Pinterest, sur des catalogues pour y trouver des photos, des phrases pour illustrer cette nouvelle vision, votre nouveau rapport à l’argent…. Fouillez au fond de vous, écoutez vos ressentis…. Amusez-vous. Créez votre vision sereine et libre.

Une fois fait, gardez le dans un endroit où vous pouvez le voir. Laissez-le s’installer en vous, naturellement. Sans même que vous y pensiez.

largent-ne-fait-pas-le-bonheur-thaon-sylvie-tspcoaching-coach-developpement-personnel-mandala-defimandala-flow365-dessin-centre

Mandala individuel réalisé en atelier

Vivez une belle année placée sous le signe de l’abondance et de la générosité ❤
Et n’oubliez pas que l’argent ne fait pas le bonheur mais y contribue :p et que  la plus grande des richesses réside en chacun de nous 

 

Qui vois-je ?

régime perte de poids silhouette prise de poids sylvie thaon coaching consultation thérapeute gts concept frejus saint raphael var alpes maritime nice skypeUne partie de mon accompagnement en consultation pour une prise, une perte ou de la gestion de poids se situe autour de votre silhouette.

Un des exercices consiste à vérifier si votre silhouette actuelle était bien synchro avec la représentation actuelle que vous avez de vous dans votre cerveau.

Primordial.

Cet exercice est presque devenu un incontournable. Je m’explique.

Lorsque je faisais 130kg et que j’avais banni tous les miroirs de la maison, lorsque je croisais mon reflet dans une vitrine je ne reconnaissais pas la personne que je voyais. Dans mon cerveau Sylvie faisait un joli 40/42. Aucun régime ne marchait sur moi. Je perdais quelques kilos mais jamais plus.
– Et ?
– Et bien normal. Pour mon cerveau je n’avais pas besoin de mincir, je l’étais déjà. Vous savez quand j’ai commencé à mincir sans effort ?
Un dimanche. J’avais passé le samedi à trier mes vêtements, je venais de décider de donner les vêtements que je gardais « pour le jour où » et je n’ai cessé de me dire ce jour là : « donnes les, stop, maintenant tu fais 130kg et ça ne changera plus, accepte le et vas donc faire du shopping lundi pour faire au mieux avec ce corps là ». J’avais enfin mis dans mon cerveau la silhouette actuelle. J’avais fait ma mise à jour.

Autre exemple : une cliente viens me voir, elle a perdu 30 kg mais commence à les reprendre. Au fil de la séance elle me dit « je me vois toujours grosse de toute façon ». Du coup passage devant le miroir.
Elle ne reconnait pas le reflet de la jeune femme du miroir. En visualisation elle se voit, elle, avec 30 kg de plus. Que fait le cerveau d’une telle info ? Il l’a fait regrossir pour qu’elle redevienne conforme au programme qu’il a.

Evidemment c’est la même chose pour les personnes ayant besoin de prendre du poids. Mademoiselle Y a dans son cerveau l’image d’elle grosse alors qu’elle met un ptit 36. Elle pourra faire tout ce qu’elle veut, tant qu’elle n’a pas modifié la représentation mentale qu’elle a d’elle, elle ne réussira pas prendre et à stabiliser ce poids, voir elle n’aura de cesse de perdre encore et toujours au péril de sa vie. Son cerveau ayant l’info qu’elle est en surpoids il lui fait perdre du poids.

Dans tous les cas il y a des mise à jour à faire.
Pour que le cerveau ait le bon programme.

Comment on fait cela ?

Vous pouvez déjà faire un premier exercice seul(e). Vous vous mettez devant le miroir et vous visualisez sur le côté du miroir la représentation que vous avez de vous-même. Et vous comparez avec le reflet, méthodiquement, de la tête jusqu’aux pieds. Si se sont les mêmes ok. Si elles sont différentes vous passez de l’une à l’autre rapidement plusieurs fois jusqu’à ce que les deux soient les mêmes.

Si vous n’y arrivez pas nous pouvons le faire en consultation par téléphone, skype ou en cabinet à Fréjus ou Nice.

 

Les body-kifs

– T’as vu le cul que tu te paies ?gts concept perte de poids estime de soi mincir silhouette ligne s'aimer bodykifs neuroscience
– Pffff laisse tomber ! Tes cuisses c’est des poteaux
– T’es moche dis donc !
– RooOo la baleine que t’es avec ce maillot !
– T’es un boulet franchement !
– T’es trop conne !

Vous accepteriez que je vous dise cela ?
Vous oseriez dire cela à votre meilleure amie ? A votre maman ? A votre fille ? A une collègue ?

– Surement pas ! C’est bien trop cruel et dévalorisant !

A elle vous lui montrez ses atouts et vous la faite positiver, non ?

Alors pourquoi vous le dites-vous à longueur de journée ?

On se traite bien souvent bien plus mal que l’on traite ses amis.

Alors demandez vous devant votre miroir
« Que dirais je à ma meilleure amie si elle était plantée là, nue, devant le miroir à se dire les pire horreurs ne posant son regard sur ce qui ne lui plait pas chez elle ? « 

Appuyer sur le négatif c’est enfoncer un clou. Ça blesse. Il n’y a aucune bienveillance et positivité dans cette démarche.
En revanche éduquer son regard à voir du positif dans notre silhouette, parfois petit morceau par petit morceau, ça transforme le regard que l’on porte sur soi, ça renforce notre estime.

Je ne vous dis pas de nier ce qui ne vous plait pas. Je vous propose, plutôt que de vous épuiser à détester cette partie, de vous remplir d’énergie en aimant des ptits bouts de ci de là (qui seront de plus en plus nombreux au fil des jours, garantis 😉 ) et du coup de pouvoir rediriger cette énergie positive à la recherche de solutions pour le popotin pas ferme ou les cuisses flasques.

Alors concrètement on fait quoi ?

Chaque matin pendant 21 jours vous dites à votre cerveau de trouver d’ici ce soir 5 endroits et des attitudes qui vous plaisent dans votre silhouette. Si, si ! Obligé : UNIQUEMENT CE QUI VOUS PLAIT ! Habillé, nu, fixe ou en mouvement. Peu importe. Le seul impératif est d’en trouver 5 d’ici le soir.

– Vous ne trouvez pas ? Mettez vous en valeur, sublimez la courbe que vous aimez, le regard qui brille… attirez le regard sur les endroits que vous aimez (ou ne détestez pas :p ) plutôt que de passer votre temps à vouloir camoufler ce qui ne vous plait pas. Vêtements, maquillage, accessoires, on teste 😉

Dans la journée soyez attentive à votre corps, à ce qu’il dégage, à l’effet de vos jambes croisées, à avoir une jolie posture, à la courbe de vos hanches… Testez de nouvelles tenues, regardez les réactions, bref amusez-vous !

En fin de journée vous devrez noter vos 5 body kifs du jour (un creux, une courbe, une mise en valeur….). Et pas un jour sans noter ses kifs ! Souvenez-vous qu’un jour sans kif est un jour où l’on n’a pas été attentive et/ou bien trop négative 😉 Alors on change son regard 😉

Et n’oubliez pas que l’estime de soi touche beaucoup plus de monde que l’on pense, alors parlez en à vos filles, vos copines et également à vos maris, vos frères, votre père, vos fils et vos amis ! 😉 Amusez-vous à le faire en famille 😉

Et n’hésitez pas à venir partager ici vos body kifs, vos difficultés, vos impressions, vos victoires 😉

Pourquoi 5 ? Parce que des chercheurs en neurosciences ont déterminé qu’il faut 5 compliments pour annuler l’effet d’une critique. Et que je mets ma main à couper que vous ne passez une journée sans vous faire au moins une critique… alors 5 compliments en auront au moins désactiver une.

Les premiers jours vous allez trouver cela probablement horrible et infaisable… Persévérez. Et chaque matin donnez à nouveau l’injonction à votre cerveau de trouver ces 5 Body Kifs. Vous serez surprise de la rapidité avec lequel le regard change. Si, Si promis.

Passez une belle jOurnée enchantée ❤

J’vous kiff et j’vous kiss ❤

Syl Vie

P.S : Si malgré tout vous n’y arrivez pas, ça remue trop d’émotions en vous, vous savez que je consulte en cabinet à Fréjus et également par Skype et téléphone.

 

Nos enfants chéris

education positive non violente enfantsSujet prise de tête number 2….
Les enfants !
 
– Je répète les choses 36 000 fois et ce n’est toujours pas fait !
– Elle en met de partout et ne ramasse rien !
– Leur chambre c’est Beyrouth ! Je n’y vais même plus !
– Rooo les colères qu’il me pique en plein magasin.. j’préfère céder que de me prendre la honte !
– Il ne mange que des coquillettes avec du gruyère ! Les légumes ? Impossible !
– Jamais un merci ! Tout lui est du !
 
Et j’en passe….
 
Voilà un des sujets de stress les plus grands qui nécessitait bien un post à lui tout seul 😉 Un post pour vous expliquer comment changer vos enfants en doux agneaux…. Ah ben non sûrement pas ! Ce serait mal me connaitre 😉
Un post pour vous aider à changer VOUS, votre façon de voir les choses, de vivre les choses. Et oui souvenez vous le changement commence par soi même, parce que vous êtes la seule personne sur lequel vous avez réellement de l’influence.
Pas de recettes magique, juste quelques pistes de réflexions 😉
 
Alors pour commencer un ptit rappel de la base :
Poser des limites, SES limites n’est pas signe de vilainerie, de mauvais parent, de méchante maman, non, non poser SES limites donne à l’autre un cadre oui, mais vous permet surtout, à vous, d’avoir un cadre et une limite. Si, si, une limite. Posez vous tranquillement et demandez vous jusqu’où êtes-vous prête à accepter sans criser et sans que ça vous coûte ?
 
Par exemple votre point le plus sujet à prise de tête c’est le rangement de la chambre ? Ok alors quelle est votre limite sur ce rangement ? A partir de quand le bazar qu’il y règne devient trop dur à supporter ? Quand il y a du linge au sol ? Quand le lit n’est pas fait ? Quand le bureau est un dépotoir ? A vous d’être vigilant durant quelques jours pour bien déterminer au fil des jours votre limite sur ce sujet, votre point de rupture, là où ça bascule dans l’effort et la contrainte.
 
Une fois votre limite déterminée, que vous êtes bien au clair avec communiquez là dessus. Pas en pleine prise de tête. Choisissez un moment calme et annoncez votre besoin.
Par exemple : j’ai besoin de pouvoir passer le balais dans ta chambre tous les matins, merci de veiller à ce que le sol soit dégagé quand tu pars à l’école.
 
Pas la peine de tout révolutionner d’un coup. D’abord parce qu’eux ne suivront pas et surtout parce que vous ça vous demanderait trop de concentration d’un coup sur vos limites à faire respecter. Mieux vaut se concentrer sur 1 ou 2 et les tenir que de vouloir tout changer d’un coup et lâcher en route. Vérifiez si c’est fait, rappelez si ce n’est pas fait mais sans râler et surtout en ne faisant pas à leur place si ce n’est pas fait.
 
Les chaussettes traînent au sol ? 2 solutions soit vous les ramassez et les posez sur leur lit et leur demandez de les mettre au sale le soir, soit vous les laissez au sol, ne balayez pas et leur demandez de les ramasser le soir et de balayer aussi.
 
Vous répétez toujours 36 000 fois les trucs , rien ne bouge et du coup vous finissez par une crise d’hystérie ? Pourquoi les répétez vous 36 000 fois ? Commencez par vous demander combien de fois vous pouvez répéter sans que ça vous coûte (à oui parce que répéter plusieurs fois c’est classique avec des enfants, mes 36 000 pas forcément nécessaire :p ). Soyez attentive à votre point de bascule. Une fois le nombre de fois déterminé soyez ferme et malin 😉 Si, si malin et rusé, 2 ingrédients indispensable à tout parent :p
 
Je m’explique 🙂 Quand les choses ne vont pas comme on veut on a deux choix principaux, soit partir à l’affrontement, soit être plus malin :p
Dans le premier cas ça tourne vite au combat de boxe, à celui qui hurle le plus, à celle qui à le dernier mot, les mots fusent, les cris et les pleures les accompagnent, à celui qui cèdera en premier… nous arrivons rarement à nos fins et si par chance nous y arrivons c’est totalement épuisé, souvent blessé par les mots échangé, déçu de l’autre et de soi.
 
Dans le deuxième cas on le prend comme un jeu de rôle. Votre rôle c’est celui de parent, c’est donc d’amener votre enfant à grandir, apprendre, coopérer. Et pour cela vous avez le droit de JOUER la colère, sans l’être pour autant. Si, si ‘est possible. Pour cela il ne faut pas attendre que VOTRE limite soit atteinte, vous démarrez votre rôle juste avant qu’elle soit atteinte. Et là vous vous draper de votre courroux, d’un fonçage de sourcils et d’une vois ferme et vous plantez devant votre enfant ou votre ado lui demandant d’exécuter la tâche d’ici à 10 minutes dernier carat par exemple.
Il ne l’a pas fait ? Ne dites rien. Avancez sereinement dans votre journée et guettez… Quoi ? le moment où il aura inévitablement besoin de quelque chose :p Et là avec votre plus beau sourire vous lui demandez : « avec plaisir, je te le fais dés que tu as fait ta poussière » . Il ne vous demande rien ? Il faudra bien qu’il mange :p
 
Ahah on arrive au fameux repas ! Combien de sujet de prise de tête à son sujet ! La base est simple : il est toujours bon de varier et ce dés le plus jeune âge. Votre enfant, ou votre ado est un accro des pâtes et se dit allergique aux légumes. Ok. Commencez déjà par montrer l’exemple, ensuite ok pour les pâtes à tous les repas s’il veut mais avec obligation de manger au moins un légume soit en crudité, soit en gratin, soit dans la sauce des pâtes…. Donnez lui le choix oui, mais un choix fermé. Tu préfères salade d’endives, soupe en entrée ou une sauce tomates, courgettes et jambon cru ? Et tu veux deux ou une cuillère ? Il ne veut pas ? Alors « bonne nuit mon chéri ». C’est ça ou rien. Le but n’est pas qu’il devienne un aficionados des légumes mais juste de lui entretenir le palet, de lui faire découvrir des goûts et des textures différentes. Autre truc qui marche bien même chez les ados : leur demander de chercher des recettes qui les tentent sur internet avec des légumes. Pinterest est un format qui est top pour ça, très visuel, rapide et qui met l’eau à la bouche 😉 Et pour les ados, vous faites un seul menu, s’il veut des pâtes à tout prix… qu’il les fasse : p Vous verrez que ça suffit bien souvent à les décourager « roo la flemme », surtout s’il doit aussi laver la casserole qui a servi à les faire :p Soyez rusé voyons 😉 
 
Ça fini en caprice ? Surtout ne cédez pas, certes c’est dur mais c’est le meilleur moyen pur renforcer le comportement 😉 Vous êtes à une caisse de magasin, votre enfant veut les bonbons du présentoir. Vous dites non. Il hurle et pleure. Tout le monde vous regarde. Vous capitulez de peur de ce que les gens pensent. Vous venez en fait de donner au cerveau de votre enfant une info capitale : « pour avoir ce que je veux je dois hurler et pleurer ». Il le note dans un coin, retente la fois d’après. Vous refaites pareil. Le cerveau finit par enregistrer ça comme la solution pour avoir ce que l’on veut. Pas de méchanceté ou de fourberie chez l’enfant, simplement une analyse logique du cerveau. Idem le soir devant les légumes. Coupez la poire en deux si vous voulez mais qu’il en mange au moins un peu. C’est le contrat (quitte à en mettre un ptit peu plus au départ pour pouvoir faire une décote :p ). Amusez le, faites lui penser à autre chose, visualisez le but ultime : l’assiette de pâte :p A la caisse sortez de votre sac la voiture fétiche, faites lui trouver au fin fond du sac le bonbon caché. bref soyez rusée 😉 Toujours 🙂 Et surtout surtout ignorez totalement les regards des gens dont vous ignorez totalement ce qu’ils pensent d’abord :p
 
Et remerciez le ensuite de son comportement exemplaire ! Et oui, on rale souvent sur les mercis qu’ils ne disent pas mais combien de fois les remercie-t-on ? « Il a été sage ? Ben c’est normal voyons ! Encore heureux ! » Et vous quand vous faites un truc bien vous aimeriez pas que votre patron vous félicite plutôt que de ne relever que ce qui ne va pas ? Alors oui inondez les de mercis !
« Roooo, merci d’avoir pensé à ramasser tes habits »
« Merci pour cette belle journée »
« Merci pour ce repas partagé dans la joie et la bonne humeur »
« Merci pour ton coup de main, ça m’a sacrément aidé »
« Merci, merci, merci…. »
A longueur de journée et le soir au moment de se coucher en guise de kifs avec eux. Encouragez les, félicitez les ❤
Renforcer les comportements positifs incite inévitablement à renouveler des comportements positifs. C’est prouvé 😉
A chaque comportement négatif que vous repérez, cherchez son pendant en positif et fixez votre attention dessus et remerciez dés que vous le repérez. Vous m’en direz des nouvelles 😉
Soyez inventif, recherchez des solutions dans l’éducation positive, testez, adaptez à vous, à vos limites, à vos enfants. Mais surtout ne vous dites jamais que c’est foutu maintenant et qu’il n’y a plus rien à faire. Si, si il est toujours temps de changer le regard que l’on porte sur les choses ❤ Et il est toujours temps de changer sa façon de vivre les choses ❤
Ça vous semble impossible, vous ne voyez pas par où commencer mais vous n’en pouvez plus et voulez vraiment que ça change ? Je peux vous accompagner en coaching dans ce parcours (en consultation physique, par internet ou par téléphone) ❤ N’hésitez pas à me contacter ❤

Prise de tête, crise de couple

article_alaune_poison_couple_542x276Il ne s’occupe jamais des enfants !
Dés que je lui demande un truc tu peux être sûr que soit il l’oublie, soit il est en retard !
Pfff le ménage ? T’as vu comment il le fait !
Est-ce qu’il fait à manger ? Pour qu’il me transforme la cuisine en champs de bataille ?
De toute façon on ne fait plus rien, il est vissé au canapé !
C’est toujours moi qui gère tout !
S’occuper des enfants ? Euhhh tu veux que je finisse avec la DDASS sur le dos !
Et voilà ! J’en étais sûre ! Je lui ai demandé de le faire et regarde comment il l’a fait ! J’suis obligée de repasser derrière !
 
Je continue ou c’est bon vous visualisez bien le tableau ? :p
Oui nous allons parler de nos relations amoureuses, conjugales
Allez zou on se lance ! Réflexion en plusieurs points.
 
– Les tâches ménagères, les repas, les enfants…
MESDAMES, notre plus grand challenge ne s’appelle pas « REPARTITION DES TACHES », il s’appelle « LÂCHER PRISE » ! Apprenons à laisser nos hommes faire, même si c’est pas comme nous on fait (vous vous souvenez de la machine étendue, de l’aspirateur passé, de la couche du petit dernier…), laissons leur la place de faire ! Ils ne feront pas comme nous (quelle prétention au passage de penser que notre façon est forcément la bonne :p ) mais il feront, émerveillons nous de leurs petites attentions, parce que reconnaissons le quand même ils se sont améliorés depuis nos grand pères ! Si, si ! Vous êtes de mauvaise fois ! Les sempiternels « passe moi je sel ! ou sont mes charentaises ? va voir ta mère ! » ne sont plus leur seul mode de communication !
Et pour mémoire vous faisiez parfaitement dés la naissance l’intégralité de ses tâches ? Non ! Vous avez appris, vous avez optimisé la technique de votre mère pour l’adapter à votre mode de fonctionnement, bref vous avez progressé à VOTRE FAÇON ! Laissez les en faire de même.
 
-L’énergie. Oui, oui l’énergie. Pensez en terme d’énergie. Souvenez-vous, notre énergie n’est pas extensible à l’infini. https://www.facebook.com/syl.lsdp/photos/pb.432839913540121.-2207520000.1452665249./549923011831810/?type=3&theater
Il est donc judicieux de bien réfléchir à sa répartition 😉 Est-ce que l’énergie que je mets à râler, à pester, à reprocher est utile ? Fait-elle changer les choses ? Non ? Alors pourquoi la gaspiller ? Que puis-je faire de cette énergie disponible du coup ? « Oui mais bon il ne fait JAMAIS comme je le demande ! » Jamais ? Alors intégrez cette variable une bonne fois pour toute et arrêtez de fixer votre attention sur les mal façons ou différences de méthodes et portez votre attention sur les choses qu’il a fait. Oui il ne s’occupe pas des enfants comme vous, mais il s’en occupe et les enfants sont toujours en vie !
 
– Le changement. Oui je vous entends marmonner « ouais ben du coup il a la part belle, je râle pas, j’arrête de lui demander histoire de pas m’énerver et c’est moi qui fait tout ! « . Que nenni ! Je n’ai jamais dit ça ! Ce que je dis c’est que vous ne pouvez pas changer l’autre, c’est impossible ! Beaucoup ont essayé… et s’y sont cassé les dents :p En revanche vous pouvez changer votre façon de vivre les choses. Vous lui avez demandé de faire quelque chose et il l’a fait, certes pas dans vos canons de perfections mais il l’a fait. Remerciez. Point. La fois prochaine quand vous demandez le même service précisez juste un point différent, précisez votre demande simplement sans formuler aucun reproche. Exemple : il a étendu réparé la chasse d’eau ok mais il a laissé l’eau parterre et ça a sali toute la maison à force de marcher dedans. Vous avez remercié et nettoyé sans rien dire. Au prochain bricolage que vous lui demandez précisez avec un joli sourire « Chéri, j’ai besoin que tu ponces la table dehors, que je n’ai pas à refaire la poussière dans toute la maison,tu as besoin que je t’aide à la sortir ? ❤  »
 
– Le besoin : définissez clairement vos BESOINS. Apprenez à formuler des demandes claires, précises, exactes et pas des ordres. Pas un « chéri tu peux aller faire les courses ? » mais un « chéri, je ne pourrai pas faire les courses ce soir avant de rentrer, j’ai besoin de ces courses pour le repas et préparer le pic nique de la puce demain, tu peux y passer toi ❤  » Et pas grave si pour cela il va devoir les faire dans un autre magasin, ou que vous fassiez la commande au drive et qu’il passe juste la chercher ou tout autre ajustement. Soyez souple avec votre chéri, avec vous et dans la vie.
Quel est votre besoin là ?
1. d’avoir les courses pour le soir ?
2. de vérifier la disponibilité sans faille de votre mari ?
Haha et oui définissez bien votre besoin 😉
Comme pour les sorties. Vous pestez qu’il ne propose rien et que vous ne sortez pas. Mais quel est votre besoin ? De sortir avec lui ou qu’il vous organise quelque chose. Soyez clair avec vous même et vous pourrez ensuite formuler votre demande clairement. « Chéri j’ai besoin que nous fassions une soirée en amoureux, ça te tente….. ? ou tu as des idées ?  » et si vous avez besoin que lui organise quelque chose dites lui, soyez précise…. et engagez vous intérieurement à ne rien critiquer ensuite ! (sur le même modèle que pour le bricolage ou la machine étendue à sa façon) « j’ai besoin que nous organise une soirée en amoureux », ou « je voudrai que nous sortions et j’ai besoin que ce soit une surprise » ….
 
En résumé :
– J’arrête de vouloir changer l’autre
– Je change ma façon de vivre les choses (et si je n’y arrive pas je creuse pour voir à quelle croyance, quelle émotion, quel souvenir ça me renvoi)
– J’exprime des besoins clairs, précis
– Je formule avec bienveillance mes demandes et mes ajustement la fois d’après
– Je réfléchis en terme d’énergie
– Je pense toujours à remercier
 
Hihi avec ça y a de quoi vous occuper et ça permettra de refixer votre attention sur vous et non sur l’autre ❤
Et vous verrez que Monsieur sera plus enclin à aider s’il ne reçoit pas à chaque fois une salve de reproches mais des « Merci chéri ça m’a bien aidé ». Oui parce que même si ce n’est pas fait exactement comme vous le voulez ça vous a tout de même fait gagner du temps… si tant est que vous arrêtiez de vouloir que tout soit parfait. Ah oui je vais vous faire une confidence…. Tout n’a pas besoin d’être parfait dans la vie… et vous savez quoi ? Vous non plus vous n’avez pas besoin de courir en permanence après votre propre perfection. Vous avez le droit de dire stop là je peux plus, ou d’être malade et de partir vous coucher, de sortir de la pièce pour aller respirer un grand coup… « et qui va prendre le relais ? » ben peut être personne, peut être chéri à sa façon, peut être les enfants comme ils peuvent. Mais peut importe vous avez besoin de souffler. Vous souffler. Et vous allégez votre todolist interminable. Priorisez, déléguez et acceptez que les autres fassent à leur façon, l’important étant que ce soit mieux réparti, pas tout parfait.
Et si malgré ces conseils ça ne s’améliore pas et que vous n’en pouviez plus il vous reste une possibilité… le quitter ? Non je plaisante ! Un coaching voyons ❤ Nous pouvons, vous et moi, nous employer  à ce que vous soyez plus heureuse (ou heureux pour les hommes) et épanoui(e) dans votre vie de couple, dans votre vie de famille ❤
Au plaisir de vous accompagner ❤