P***** ! J’ai marché sur l’égo !

Sylvie thaon coach thérapeute psychologue art therapeute therapie breve frejus saint raphael var skype l'égo etre soi confiance en soi phobie

Coucou toi ! Me revoilà ! Alors cette semaine d’expérimentation à faire équipe avec ta figurine L’égo et à prendre la vie comme un jeu ?

– Outch ! J’ai eu envie de faire valdinguer une ou deux fois le plateau de jeux !

– Tu ne l’as pas fait ?

– J’ai préféré quitter la partie un moment. Je me suis calmé, posé et ensuite j’ai pu revenir et poser mes règles du jeu. Après tout c’est ma partie !

– Exact !

– Et ta figurine L’égo ?

– Ben tu vois l’analogie avec les Légo va encore plus loin !

– Ahhh ça m’interresse ça !

– Tu as déjà marché sur un légo quand tu te lèves en pleine nuit à demi endormi, en mode zombie juste pour aller faire pipi ou voir le gamin qui a fait un cauchemard ?

– Aïe oui !!!!

– Ben voilà quand tu marches sur ton égo parce que t’as oublié que vous étiez partenaire ça fait pareil ! Une douleur tellement fulgurante qu’elle te réveille directe, te ramène dans ton corps, dans le moment présent et t’oblige à t’asseoir (ou te rouler au sol) en hurlant en silence pour ne pas réveiller toute la maison.

– Pas mal la métaphore ! Tu commences à te prendre au jeu on dirait !

– Carrément !

– Qu’en as-tu appris alors de cette semaine d’expérimentation ?

– Plein de chose ! Concernant l’égo :
1.Qu’il valait mieux garder son égo/partenaire avec soi et ne pas le laisser traîner comme une vieille chaussette au sol
2. Qu’il était ultra doué pour me faire revenir les pieds sur terre
3. Qu’a chaque fois que je me suis posé et que j’ai pris le temps de définir mes besoins, de clarifier avec lui mes buts, limites et valeurs et d’écouter les siens nous avons toujours trouvé comment avancer encore mieux.
4. Ah oui et aussi qu’il a une vue supersonique qui permet de prendre de la hauteur. Et ça je kiffe le faire avec lui !

– Ah bon ?

– Oh ouais !!! C’est trop bon ! J’imagine qu’on s’envole ensemble au dessus de la situation, je me vois moi en bas empêtré dans mon histoire et plus nous montons plus le problème, qui me paraissait énorme et boucher toute la vue, parait moins gros et surtout je vois les autres personnes, le paysage autour comme si mon champ de vision s’élargissait.

– Et ça fait quoi ?

– C’est moins flippant, je me sens plus calme et ça devient pus clair. C’est bizarre !

– Absolument pas. C’est juste biologique.

– Hein ??!!

– Bon j’suis pas scientifique mais j’vais essayer de t’expliquer ce que j’ai compris… En cas de stress intense notre corps produit des hormones qui entraînent tout une réaction en chaîne dans notre corps et notre cerveau. En clair il va privilégier les organes vitaux et les circuits courts dans ton cerveau. Il est tellement occupé par la peur qu’il se met en alerte générale à tout analyser, à tout détailler. Quand il est dans cet état c’est même pas la peine de lui demander d’avoir une vue d’ensemble et de comprendre l’autre et encore moins d’apprécier le joli paysage !

– Ah ouais quand même ! En tous cas d’avoir imaginé me barrer faire un tour avec mon L’égo m’a permis de voir la situation sous un autre angle, de prendre l’air et de me marrer même !

– En reconnectant au plaisir, au jeu ton corps produit de nouvelles hormones, les hormones du bonheur comme on les appellent, l’influx nerveux se remet à circuler plus librement et nous retrouvons nos pleins potentiels.

– Ah oui j’avais pas vu ça comme ça. J’aime bien tes explications terre à terre, enfin concrètes.

– Tu vois dés qu’on prend la vie comme un jeu, on reconnecte avec sa créativité et son imagination n’a plus de limite ! C’est comme quand nous étions enfants nous créions nos propres métaphores ressources.

– C’est vrai qu’on se faisait toujours plein d’histoires dans notre tête !

– Ce n’est que ça nos pensées : des multitudes d’histoires qu’on se raconte, qui s’entrechoquent, qui cohabitent, qui s’opposent. Or nous avons le choix.

– Quel choix ?

– Celui de choisir quelle histoire on veut croire, comment on veut la vivre, comment elle rebondit après le problème, le drame, quels personnages alliés viennent à notre rescousse… Bref ce sont nos histoires et même si nous ne pouvons pas changer les événements extérieurs nous pouvons changer chaque mot, chaque virgule pour que le héros retrouve sa joie de vivre.

– Euhhh t’y vas fort là ! Parfois le héros à l’impression d’être arrivé au bout de ses forces, d’avoir perdu à jamais sa joie de vivre.

– Et alors ?

– Et alors il peut plus !

– Mais toi tu es l’auteur non ?

– Oui

– Alors à toi de rajouter dans l’histoire les personnages, les ressources dont il a besoin pour retrouver une joie de vivre. Tu peux tout créer je te rappelle ! Tu peux choisir d’écrire une fin atroce et déprimante ou une fin joyeuse et inspirante.

– Pas faux

– Allez j’te laisse pour aujourd’hui. Amuse-toi à écrire ton propre roman et joue à créer tes rebondissements dramatiques pour que ton héros se relève plus fort encore.

– Cool ! J’vais faire ça ! Bonne journée !

– Toi aussi !

Et vous lecteurs ? Alors cette semaine d’expérimentation à faire équipe avec votre figurine L’égo à prendre la vie comme un jeu ?

Doux week-end jolis vous ❤

SyLVie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s