Le poids émotionnel

La nature est bien faite et notre corps est notre meilleur ami.causes émotionnelles du surpoids ou sous poids coaching perte de poids

Combien de message affolés reçus parce que la balance ne vous dit pas ce que vous voulez….

Le cerveau est un malin, il sait très bien que votre poids est un canal de communication que vous avez appris à écouter.

Vous êtes épuisé et gavé en ce moment ? Bang 2kg !

Vous avez oublié qu’il est vital de boire ? Bang 1kg ! .

Vous vous faites du soucis avec l’impression d’avoir pris une charge en plus ? Bang 500g !

Vous portez la famille à bout de bras ? Bang 3kg !

Pourquoi ? Parce qu’il a bien compris que là il a une chance que vous l’écoutiez ! Il espère que vous vous posiez enfin les bonnes questions et que vous modifiez vos comportements pour ne plus l’épuiser en portant les valises de tout le monde, en ne lui donnant pas l’eau dont il a besoin….

Remerciez le d’être clair avec vous et si vous voulez vraiment qu’il change de canal de communication apprenez alors à écouter et accueillir vos émotions ça lui évitera d’aller vous coller des kg en trop pour qu’enfin vous l’écoutiez.

– Syl !!! Facile à dire ton histoire de valises d’hier ! Pas facile à faire !

– Pourquoi, à l’aéroport tu prends les valises de tous les passagers ?

– Ben non je ne les connais pas.

– Ok, quand tu reviens de voyage avec toute la famille tu prends toutes les valises sur ton dos ?

– Ben non

– Chacun prend la sienne et si la valise est trop lourde on la met sur un chariot ?

– Oui

– Et c’est dur à faire ?

– Ben non

– Alors qu’est-ce qui est différent dans la vie ? Pourquoi prendre la valise de ton fils ? De ton ami ?

– Ben pour que ça lui soit moins lourd à porter, le pauvre…

– Et toi ? Pas le pauvre ou la pauvre ? Pourquoi ne lui montres-tu pas le chariot pour qu’il puisse ensuite trouver ses solutions seuls ?

Faire « à la place de » n’est pas aider la personne, c’est même tout le contraire.

Faire « à la place de » c’est la priver de son autonomie, de son estime et de sa confiance.

Faire « à la place de » c’est minimiser son inconfort, ses émotions désagréables qui l’aurait pourtant poussé à trouver une autre solution, une autre façon de faire.

Faire « à la place de » c’est le maintenir dans une relation de dépendance ponctué de « rooo que ferais tu sans moi ?! » se voulant affectueux et ne confortant au final que notre propre besoin de se sentir indispensable.

Et si finalement tout cela nourrissait juste votre peur de plus être aimé ? Si finalement vous faisiez tout pour être indispensable, pour être inoubliable, pour être « inabandonnable » ?

A méditer 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s